« Le CEP apprécie la compétence au regard de sa transférabilité » (Brigitte Morfin, DGEFP)

Pour Brigitte Morfin, en charge du conseil en évolution professionnelle (CEP) à la DGEFP (Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle), l’offre de services créée par la loi du 5 mars 2014 s’intéresse moins aux compétences transversales que transférables. Elle l’a souligné lors des 5èmes Rencontres Euroguidance qui se sont tenues les 17 et 18 octobre 2016 à Sèvres.

Article réservé à nos abonnés.

Rédigé par . Publié le 20 octobre 2016. Mis à jour le 12 mars 2019.

Après avoir évoqué les enjeux et les niveaux d'intervention du CEP, Brigitte Morfin rappelle que le cahier des charges de juillet 2014 ne s'appuyait pas sur une définition précise de la compétence : « Elle est vue essentiellement au regard de sa transférabilité, la visée étant la sécurisation des parcours dans un contexte large, compétence développée en contexte professionnel ou personnel... », précise-t-elle. Et selon elle, il ne s'agit ni d'un oubli ni d'une lacune : si l'approche de la compétence « reste globale », c'est bien parce que les opérateurs en charge du service « n'ont pas vocation à privilégier telle ou telle approche ». « En revanche,…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également