La CFDT « prête à redéfinir le 0,9 % en échange de contraintes très fortes »

« Nous ne pouvons que regretter les divergences entre organisations patronales et pour notre part, nous sommes dans la proposition constructive ». Marie-Andrée Seguin, secrétaire nationale de la CFDT, défend 33 préconisations de son organisation syndicale (voir notre article dans cette édition) et réfute l’idée de « contre-projet » aux textes qui divisent le monde patronal entre Medef/UPA et CGPME. Pour le Quotidien de la Formation, elle revient sur ces dissensions et évoque la vision du financement par la CFDT.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 02 décembre 2013.

« Financer autrement la formation professionnelle » : le titre du chapitre qui fait débat dans les négociations montre que la CFDT est sur une ligne d'évolution puisque l'adverbe « autrement » est mis en valeur, précise dans un entretien accordé vendredi 29 novembre. Elle souhaite valoriser la formation « comme des dépenses d'investissement » et, précise-t-elle « investissement dans le « capital » humain, dans l'acquisition de compétences pour l'entreprise, et dans les compétences pour le salarié ». Abandonner le 0,9 % (proposition du Medef/Upa) ? « L'obligation légale de 0,9 % pour le plan de formation pourrait être…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également