1er anniversaire de la loi avenir professionnel: « Le bilan est extrêmement positif » (Stéphane Lardy)

En ce jour anniversaire de la promulgation de la loi du 5 septembre 2018, Stéphane Lardy, directeur général de France compétences, confirme le bilan positif de l’instance de régulation et de financement de la formation professionnelle créée en janvier 2019.

Par - Le 05 septembre 2019.

stephane_lardy.2_article.jpeg-7.jpgEn écho à la note publiée en juillet par France compétences (voir notre article), Stéphane Lardy juge le bilan des premiers mois d’activité « extrêmement positif, au vu de l’enjeu majeur que représentait la création de l’opérateur ». Et de souligner qu’il a fallu à la fois réussir l’installation et tenir le calendrier des exigences légales et réglementaires. Au-delà de la progression conforme aux objectifs des différents chantiers, il souligne l’importance de la confiance créée par rapport aux enjeux de la loi et aux différents acteurs : « la direction générale et le président du conseil d’administration, Jérôme Tixier, sont très attentifs à ce que chacune des paroles des administrateurs soit respectée et écoutée », insiste-t-il.

Déterminé et volontariste, Stéphane Lardy ne relève aucune difficulté au cours de ces premiers mois d’activité, hormis celle inhérente au calendrier serré. Une gageure tenue grâce à « la mise en tension du conseil d’administration et à l’implication et au dynamisme des équipes », se félicite-t-il. Avec les chantiers à venir, pas sûr que le rythme effréné des premiers mois ne ralentisse. Mais pas de quoi effrayer le directeur général de France compétences.

Vers le déploiement opérationnel

En cette rentrée 2019, ce sont au moins six chantiers qui sont à poursuivre ou déployer dès aujourd’hui et dans les mois à venir. Ainsi et dès ce mois de septembre, est prévu le lancement d’un appel à propositions pour la reconnaissance des instances de labellisation hors Cofrac (Comité français d’accréditation). Ceci, avec l’objectif que « le conseil d’administration délibère au mois de décembre pour avoir au 1er janvier 2020 des instances de labellisation reconnues pour trois ans par France compétences » (voir notre article). C’est également la poursuite du travail de sélection des opérateurs régionaux du conseil en évolution professionnelle des actifs occupés du secteur privé, avec la publication de la liste en novembre, pour une mise en œuvre opérationnelle au 1er janvier 2020. « Et dès l’année prochaine, souligne Stéphane Lardy, nous aurons un très gros enjeu de pilotage de ce marché ». Dans le champ de la certification, il s’agit également de consolider et d’améliorer les procédures d’enregistrement des titres et des certifications. À l’agenda, une liste des métiers en forte évolution et/ou émergents à dresser d’ici à la fin de l’année [ 1 ]Liste révisable annuellement.. Pour ce faire, Stéphane Lardy explique que le comité scientifique, avec les trois experts nommés par arrêté ministériel, doit d’abord déterminer une « doctrine » qui permette de définir ce qu’est un tel métier. Suivra un appel à propositions, puis une instruction par la commission de la certification professionnelle. L’enjeu est là encore très concret puisque c’est cette procédure qui permettra aux « organismes ou branches concernés de demander un enregistrement au répertoire sans passer par le critère des deux promotions », souligne Stéphane Lardy.

Financement

La mission de régulation financière va également bien évidemment se poursuivre. Le premier chantier concerne la répartition des fonds en direction des TPE (très petites entreprises)-PME (petites et moyennes entreprises) et la péréquation 2019 avec l’acompte qui sera versé à France compétences le 15 septembre. Par ailleurs, publiées dès mars 2019, les recommandations sur les niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage vont faire l’objet d’un suivi, avec la mise en place d’une mission d’observation des coûts. Grâce notamment à un travail sur les indicateurs analytiques que doivent remonter les CFA à France compétences, l’opérateur pourra émettre « un nouveau round de recommandations dans deux ans », précise Stéphane Lardy. Un autre enjeu concerne les recommandations que doit formuler France compétences sur les critères qui détermineront les priorités de prise en charge du CPF de transition. À cet égard, un groupe de travail mis en place avec l’association Certif Pro et des représentants des ex-Fongecif, devrait permettre une publication des recommandations d’ici à la fin de l’année 2019. À cette même échéance ou début 2020, est également programmé le déploiement du système d’information commun des commissions paritaires interprofessionnelles régionales instaurées par la loi, mais depuis devenues associations Transition Pro (lire notre article) .

Enfin, la mise en œuvre de la réforme passe aussi par des enjeux institutionnels, conclut Stéphane Lardy. Parmi lesquels la publication de rapports (rapport d’activité au Parlement et au ministre de la formation professionnelle, rapport de la médiatrice), mais aussi la programmation d’une assemblée générale avec des invités extérieurs (voir paragraphe 3 du décret France compétences), « si possible au 1er trimestre 2020 ».

Notes   [ + ]

1. Liste révisable annuellement.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform