Les “discounteurs” arrivent dans la formation

Par - Le 24 décembre 2008.

S’inspirant de l’expérience de sites de voyages comme Lastminute.com ou Ebookers.com, deux journalistes ont créé Discount-formation.com, un site qui propose des actions de formation “jusqu’à 50 % plus bas que les tarifs normaux”.

La création d’un site proposant des actions de “formation à des prix réduits sans toucher à la qualité” part de ce constat : “Les différents rapports et les enquêtes publiés ces derniers temps montrent que de plus en plus de particuliers ou de salariés, surtout de PME, souhaitent se former. Au même moment, les organismes de formation peinent à « remplir leurs sessions, » observe Olivier Hamoir, cofondateur avec Stephen Marie de Discount formation, site lancé le 1er décembre. « Les Français sont préoccupés par leur pouvoir d’achat, les entreprises cherchent à faire des économies, et dans tous les domaines les sociétés low-cost prospèrent. Comme le fait Lastminute avec les vacances, il s’agit de commercialiser les dernières places des stages des organismes formation.

Le message est donc de permettre aux particuliers de « se former sans se ruiner”, aux entreprises, surtout les petites, de “rentabiliser leur budget formation” et aux prestataires de formation de “gagner de nouveaux clients et d’accroître leur marge nette”. Pour le directeur du premier site e-commerce de formation, “sur un marché de la formation professionnelle de 26 milliards d’euros par an, la force de notre offre est que tout le monde y gagne. Aussi bien les entreprises, les particuliers que les prestataires de formation”. Aujourd’hui, analyse-t-il, “la plupart des 46 500 organismes de formation en France ne vend que 3 à 6 places des 8 ou 10 qu’ils offrent lors de chaque session. Or, ils sont rentables en moyenne dès la troisième vendue. En commercialisant en « last minute » ou en « first minute » les places qui leur restent, nous leur offrons la possibilité de les rentabiliser”.
Et, explique Olivier Ham
oir, le particulier y gagne aussi. “À titre d’exemple, en se connectant aujourd’hui sur le site, il peut acheter, en « first minute », un stage « anglais avancé » qui se déroulera du 9 au 14 mars 2009 à Paris, au prix de 765,5 euros, soit une réduction de 45 % par rapport au prix initial de 1 390 euros. Il aura en « last minute » un stage informatique « initiation à Excel » à Paris, du 15 au 17 décembre 2009 à 384 euros au lieu de 480 euros, soit 20 % de remise.” Dans tous les cas, les réductions oscillent entre 20 et 50 % des tarifs normaux.

“Last minute”, ou “first minute” ?

En “last minute”, les places de sessions de formation proposées en interentreprises n’ayant pas été vendues sont mises en ligne “un à deux mois avant leur réalisation”. Pour les organismes de formation, “cela signifie la fin de la « chaise vide »”, commente Olivier Hamoir.

Quant à l’offre “first minute”, elle consiste à proposer à la vente très longtemps à l’avance des places à prix réduit, mais en nombre limité et durant un court laps de temps. “Cette offre est créée à l’initiative des organismes de formation. Elle leur permet ainsi de s’assurer une vente minimale de places, d’adapter leurs efforts de vente, d’améliorer la visibilité de la rentabilité des formations proposées, d’optimiser et d’ajuster leur politique de commercialisation”, insiste-t-il, convaincu que son site pourrait rendre plus accessible la formation professionnelle aux TPE, “où les budgets de formation sont comptés à l’euro prêt”, ainsi qu’aux particuliers et salariés “qui ne peuvent pas, ou ne souhaitent pas, faire financer leur stage par leur employeur pour des raisons économiques, ou dans un souci de discrétion”.

La question de la qualité

Le site joue un rôle d’intermédiaire, puisque dans tous les cas, c’est le prestataire qui garde la main et qui conserve les coordonnées du stagiaire, auquel il pourra proposer directement d’autres offres de formation.
“À ce jour, nous commercialisons plus de 600 sessions de formations confiées par une vingtaine d’organismes. Nous espérons proposer, d’ici l’été prochain, un millier d’actions de 50 à 80 prestataires. L’objectif étant de permettre un plus large choix de formations”, indique Olivier Hamoir – qui insiste par ailleurs sur la qualité des offres. “Nous procédons systématiquement, lorsque nous recevons une offre de mise en ligne d’une session, à un contrôle du numéro d’agrément de l’organisme de formation”. [En réalité, il s’agit du numéro de déclaration d’activité, sans lien avec la qualité. NDLR] . Faute d’une forme de certification systématique, la vigilance s’impose, “d’autant que, notamment, la lutte contre les dérives sectaires nous semble un élément important dans le milieu de la formation”. Le directeur du site entend également faire de l’évaluation des actions de formation auprès des stagiaires un outil de mesure de la qualité des organismes qui sollicitent ses services.

[(Olivier Hamoir et Stephen Marie sont tous les deux journalistes. Le premier, directeur de l’antenne parisienne de l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, développe spécifiquement les offres de formation continue aux entreprises. À ce titre, il est directeur de la SARL ESJ-Entreprise.
Travaillant à RTL depuis sept ans, le second a été responsable, entre 2004 et 2008, de la tranche d’information 5h-7h30 le week-end.
)]

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters