L’Ecosse propose un service d’orientation destiné à tous les publics

Créés juridiquement en avril 2002, et organisés de manière effective depuis 2008, les 71 Careers Scotland s’adressent aux scolaires, aux jeunes et aux adultes en reconversion professionnelle. Unique en Europe, ce service d’orientation universel fonctionne de façon autonome, hors des célèbres Job Centers britanniques dédiés au placement des chômeurs, quoiqu’en collaboration avec ces derniers.

Par - Le 04 juin 2009.

« Careers Scotland est une agence nationale d’orientation tout au long de la vie. Cette démarche visant à réunir l’ensemble des services d’orientation est d’abord une volonté de simplifier pour le public l’accès aux services d’orientation : une seule appellation, un seul service identifié sur l’ensemble du territoire, une plus grande facilité d’accès au conseil en orientation », détaille Jean-Marie Lenzi, collaborateur du délégué interministériel à l’orientation (DIO), Bernard Saint-Girons, dans un entretien accordé au Quotidien de la formation, mercredi 3 juin.

En avril 2008, Careers Scotland est regroupée avec Learn direct, service d’information pour adultes sur la formation continue, et le département compétences et apprentissage de Scottish entreprise pour former « Skills development Scotland ». « Cette nouvelle entité a pour objectif de rassembler tout ce qui permet d’agir sur l’acquisition ou l’évolution des compétences requises pour le parcours d’études, de formation ou professionnel. L’Ecosse souhaite positionner l’orientation comme un des vecteurs favorisant la réussite dans l’enseignement, la formation technique ou professionnelle, dans des dispositifs de reconversion », précise une note de la délégation interministérielle à l’orientation, rédigée suite à une visite de la DIO au siège social de Careers Scotland à Glasgow.

Parmi les 71 centres Careers Scotland, 42 fonctionnent à temps plein.
Sur un effectif de 1000 employés, 500 assument une mission de conseiller d’orientation professionnellement qualifié. Ceux-ci interviennent dans les écoles, les établissements d’enseignement supérieur et reçoivent tous les publics, y compris les salariés adultes, dans des centres spécialisés.

Les Careers Scotland s’appuient essentiellement sur deux outils : un service téléphonique et un site Internet. Le premier permet un accès à un conseiller par téléphone. « La communication n’est pas gratuite mais accessible à un tarif non surtaxé. Pour l’année 2006-2007, Careers Scotland a reçu 25 000 appels dont 15 000 appels entrants. Les conversations durent en moyenne 45 minutes », précise la DIO.

Le site Internet comporte des rubriques de tests, de création de CV en ligne, et des fiches de présentation métiers. Ainsi qu’une rubrique destinée aux parents souhaitant aider leurs enfants dans leurs parcours d’orientation. « Cette dernière propose plusieurs modules permettant d’aider aux choix, mais aussi des modules traduits en une dizaine de langues afin de faciliter l’accès aux informations pour les familles non anglophones », décrit la délégation interministérielle à l’orientation.

Exemplaires, les Careers Scotland ? « Sur le papier, ce système est séduisant par son caractère universel, mais il est encore trop récent pour pouvoir dresser un bilan », tempère Jean-Marie Lenzi. Cet ancien secrétaire général d’académie — et ex-sous-préfet — prévient aussi : « S’il est séduisant sur le principe, ce système ne saurait être transposé ex nihilo dans un autre pays, au-delà du fait que l’Ecosse compte 5 millions d’habitants contre plus de 60 millions pour la France et 80 pour l’Allemagne, par exemple. »

Pour autant, les Careers Scotland offrent des pistes de réflexion non négligeables, notamment l’indépendance de l’institution vis-à-vis des employeurs, enclins à formater l’orientation des futurs salariés en fonction de leurs besoins. « Cela permet de concilier l’intérêt de l’individu, de la société et des employeurs », souligne Jean-Marie Lenzi. Autre atout maître : le caractère partenarial des centres d’orientation, portés par un conseil d’administration multipartite composé de représentants de l’Etat, via les ministères de l’Emploi, du Travail et de l’Education, des organisations patronales et syndicales, et de personnalités qualifiées issues du monde de la recherche.

Les Careers Scotland son dotés d’un budget de 184,40 millions de livres, ordre de grandeur, compte tenu de la population, équivalent aux budgets français des centres d’information et d’orientation, des Missions locales, et du service d’orientation professionnelle de l’Afpa.

Centre Inffo vous conseille également

Afnor