La France est candidate pour l’organisation des Olympiades des métiers en 2013

Par - Le 18 mai 2009.

La France a présenté officiellement sa candidature pour organiser les 42èmes Olympiades des métiers en 2013, en Île-de-France. Les représentants des 52 pays membres de Wordskills International décideront, le 1er septembre, à Calgary (Canada), qui de la France ou de l’Allemagne aura le droit d’organiser cette compétition internationale qui rassemble 1 300 apprentis de moins de 23 ans.

Après Leipzig (Allemagne), la commission d’évaluation de Wordskills International est à Paris depuis le 13 mai, pour « donner son avis » sur le site proposé pour l’organisation de la compétition internationale de 2013, et « prodiguer ses conseils » aux pilotes de la candidature française, le conseil régional d’Île-de-France et le Comité français des Olympiades des métiers (Cofom – Wordskills France).

En compétition avec Leipzig (land de Saxe en Allemagne), Paris et la Région Ile-de-France (1) souhaitent accueillir, en 2013, les 1 300 apprentis qui s’affronteront pendant quatre jours dans 40 métiers, représentant l’ensemble des secteurs de l’économie (artisanat, industrie, services aux particuliers, nouvelles technologies).

Composée notamment de Tjerk Dusseldorp (Australie) et Liam Corcoran (Irlande), respectivement président et vice-président de l’organisation, la commission devra apprécier la candidature française par rapport notamment au soutien de l’État, de la région ainsi que les atouts des politiques d’apprentissage. Dans ce cadre, ils ont été reçus, le 14 mai, par Raymond Soubie, conseiller social du président de la République qui, dans un courrier adressé la veille au président de Wordskills International, a apporté son soutien personnel à la candidature française. Le 15 mai, Bertrand Delanoë, le maire de Paris, a également reçu la commission, qui a rencontré l’Assemblée des Départements de France (APCM), l’association ouvrière des Compagnons du devoir ainsi que les branches professionnelles.

« L’Île-de-France est la première région d’Europe de par son territoire, ses infrastructures, son attractivité et sa population. Elle réunit tous les atouts pour donner à ces Olympiades un immense retentissement », a plaidé Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Île-de-France, en recevant la délégation de Wordskills International, le 14 mai. « Nous proposons deux lieux emblématiques de Paris pour accueillir les jeunes du monde entier : le Parc des expositions de la Porte de Versailles pour l’organisation des compétitions et la Cité internationale universitaire de Paris pour le logement des candidats. La région Île-de-France dispose également d’atouts économiques et technologiques exceptionnels, de très nombreux équipements et d’un réseau de transport unique au monde », a insisté Jean-Paul Huchon. Sa Région consacre une enveloppe de 1,8 milliard d’euros (soit plus de 40 % de son budget total) à l’éducation et à la formation professionnelle (et de l’apprentissage). Près de 90 000 apprentis sont accueillis dans 180 CFA franciliens. « Au total, 850 métiers sont ainsi enseignés par la voie de l’apprentissage dans notre région », a précisé Didier Guinaudie, président de l’Association régionale des directeurs de CFA de la région Île-de-France (Ardrif). Le président du Conseil régional a insisté sur l’appui des organisations professionnelles, des chambres consulaires, des fédérations professionnelles et des partenaires sociaux : ce qui constitue, selon lui, un autre « atout fort pour la candidature française« .

Travail de lobbying

Malgré tous ces atouts, il faudra, « par un intense travail de lobbying », convaincre la majorité des représentants des 52 pays membres de Wordskills International, de confier, le 1er septembre, à Calgary (Canada), l’organisation des compétitions internationale à la France plutôt qu’à l’Allemagne.

« Paris 2013 constituera, si nous sommes choisis, une magnifique occasion de porter ensemble les solides espoirs que nous mettons dans la jeunesse, la formation professionnelle et les métiers partout à travers le monde », a soutenu Nicolas Sarkozy dans sa lettre au président de WordSkills International. Pour Marie-Thérèse Geffroy, présidente du Cofom – Wordskills France, qui souhaite que les Olympiades des métiers soient utilisées « pour que beaucoup de jeunes qui auraient pu réussir ne soient pas privés de la chance de pouvoir le faire en s’engageant dans un métier », la compétition de 2013 devra être « un évènement inoubliable pour tous les participants et visiteurs » et une occasion pour « montrer au monde ce que la jeunesse et les métiers peuvent produire ensemble : l’excellence ».

« Les Olympiades des métiers de 2013 à Paris seront une vitrine vivante de la réalité de 40 professions et permettront ainsi à tous les candidats sélectionnés de donner le meilleur d’eux-mêmes en exerçant pleinement leur passion pour leur métier. Choisir la France, c’est décider de faire des Olympiades des métiers de 2013 une grande fête des métiers placée sous le signe du partage », a promis le président du Conseil régional d’Île-de-France.

Après Shizuoha (Japon) en 2007 où la France s’était classée quatrième avec un total de 12 médailles (dont cinq médailles d’or), c’est au tour de Calgary (Canada) d’accueillir, en septembre 2009, la prochaine édition de la compétition internationale.

Centre Inffo vous conseille également

Afnor