Rhône-Alpes : une plateforme mobilité internationale pour les jeunes en insertion

Par - Le 20 septembre 2010.

Depuis lundi 13 septembre, les rhônealpins en insertion âgés de 18 à 25 ans peuvent se rendre dans l’un des vingt-trois guichets uniques de mobilité internationale (GUMI) pour se renseigner sur les programmes leur permettant de vivre une mobilité.

L’Union régionale des Missions locales (URML), le Centre régional d’information jeunesse (CRIJ), et l’Union régionale de l’habitat des jeunes (URAJ) travaillent de concert depuis janvier 2009 dans le cadre d’un appel d’offre lancé par Martin Hirsch lorsqu’il était Haut commissaire aux solidarités actives. « Les trois réseaux ont constaté que la mobilité profitait surtout aux étudiants avec le programme Erasmus mais peu de dispositifs sont mis en place pour les jeunes en insertion, qui souhaitent de plus en plus partir à l’étranger, notamment à Londres, où l’on trouve en moyenne du travail en deux à trois semaines » explique à Centre Inffo Nicolas Bometon, pilote du projet et directeur de la Mission locale de Saint-Étienne.

Pourtant, les dispositifs ne manquent pas, « une trentaine existent dans la Région, mais ils sont tous saturés et méconnus » poursuit Nicolas Bometon. De plus, certains territoires comme l’Ardèche ne sont pas couverts. C’est ainsi que les trois réseaux ont décidé de créer une plateforme régionale composé d’une trentaine de guichets uniques de mobilité internationale (GUMI), « des lieux pour accueillir et informer le public, faire connaître les dispositifs existants et accompagner les jeunes dans leurs démarche ».

Un appel d’offre a été lancé pour demander aux structures de la Région de se positionner. Sur 27 réponses, 23 structures ont été labellisées GUMI, dont la Mission locale de Saint-Étienne qui représente trois missions locales.

Un second appel d’offre a été lancé aux acteurs de la mobilité internationale (AMI) de la région afin qu’ils ouvrent davantage de places pour les jeunes en insertion étant donné qu’avant la mise en place de la plateforme, sur les 30 dispositifs existants, seules 150 places étaient allouées aux 150 000 jeunes des trois réseaux en Rhône-Alpes. « Le but est d’ouvrir 200 places d’ici décembre 2011, date de la fin de cette expérimentation débutée en janvier 2010 » précise le directeur de la Mission locale de Saint-Étienne. L’Etat finance l’intégralité du projet, soit 1 million d’euros pour les deux ans dans le cadre du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse. Les trois réseaux tentent également de mettre en place des nouvelles destinations telles que la Croatie, la Slovénie, l’Inde, l’Argentine, le Mexique etc… Londres étant saturée.

Une entreprise coopérative, Kaleido’scop, évaluera la pertinence de la plateforme. C’est cette même entreprise qui a mis en place le site internet sur lequel les jeunes pourront retrouver les trois programmes de mobilité possibles : le programme emploi, le programme stage en entreprise, et le programme expérience qui repose sur des chantiers d’insertion et des chantiers humanitaires.

Centre Inffo vous conseille également