Jean-Marc Ayrault s’assurera de l’avenir de l’Afpa et ne ponctionnera pas le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels

« La conférence sociale est non pas un aboutissement mais un commencement », avait annoncé François Hollande dans son discours d’ouverture de la conférence sociale au Conseil économique, social et environnemental (Cese). Jean-Marc Ayrault l’a conclue, après 48 heures de discussions autour de sept tables rondes, par deux annonces qui devraient rassurer les acteurs de la formation professionnelle : le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) ne sera plus ponctionné et « l’État mettra tout en œuvre pour assurer l’avenir de l’Afpa ». Il a aussi estimé qu’il n’était pas nécessaire d’élaborer une nouvelle grande réforme de la formation professionnelle.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 11 juillet 2012.

« Force du dialogue », « négociations », « dialogue social  », « partenaires sociaux »... Jean-Marc Ayrault a répété ces formules lors de la clôture des deux jours de la grande conférence sociale. Le premier Ministre a souhaité que le Parlement soit saisi dès octobre pour la mise en œuvre des emplois d'avenir et que les négociations concernant les contrats de génération soient menées avant la fin 2012 aux niveaux national et interprofessionnel. Il a également annoncé qu'une évaluation du chômage partiel serait faite dès la rentrée 2012 et que son dispositif serait amélioré, pour lutter contre la précarité de l'emploi et trouver des moyens d'accompagner les…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters