Les emplois d’avenir intéressent potentiellement 6 000 entreprises du réseau des GEIQ

Par - Le 13 novembre 2012.

Le président de la République, François Hollande, en assistant le 8 novembre dernier à Chelles (Seine-et-Marne) à la signature des premiers emplois d’avenir, a notamment appelé « les entreprises éligibles au dispositif à se mobiliser sur l’ambition nationale de l’insertion des jeunes ». C’est ce que rappelle un communiqué du Comité national de coordination et d’évaluation des groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (CNCE-GEIQ) du 9 novembre. Le président du CNCE-GEIQ, Jacques Vinet, avait en effet déclaré que « les GEIQ [Les Geiq mettent à disposition de leurs entreprises adhérentes des personnes qu’elles ont embauchées en organisant une alternance entre apprentissages théoriques et situations de travail concrètes, souvent en contrats de professionnalisation.[/footnote] sont les mieux placés pour remplir les emplois d’avenir dans le secteur marchand » (voir [notre article). À ce titre, le CNCE-GEIQ « se félicite que le gouvernement n’oublie pas les entreprises lorsqu’il s’agit de création d’emploi et d’insertion des jeunes les moins qualifiés dans le monde du travail ». Les GEIQ bénéficient en effet d’un taux d’aide préférentiel de 47 % du montant du Smic brut (contre 35 % du Smic pour les autres structures du secteur marchand) pour les emplois d’avenir conclus en contrats initiative emploi (CIE). Ce qui potentiellement intéresse « 6 000 entreprises qui ont ainsi la possibilité de mieux répondre à leurs besoins de main d’œuvre dans des secteurs d’activité qui en manquent le plus ».

Dans cette perspective, le CNCE-GEIQ est en train de négocier un accord cadre avec l’État dont le but est de « développer une solution souple, efficace et innovante qui facilite à la fois l’insertion vers un emploi durable et l’acquisition de compétences métiers ». Il veillera d’ailleurs à ce que les interlocuteurs de terrain des GEIQ, prescripteurs comme financeurs, « n’aient pas la tentation de substituer ce nouveau dispositif des emplois d’avenir aux contrats en alternance ». Ces derniers « n’ont plus à faire la preuve de leur place essentielle pour réussir l’insertion et la qualification des jeunes ».

Les GEIQ embauchent des salariés en contrat de professionnalisation à temps plein et les met à disposition des entreprises adhérentes en fonction de leurs besoins. Ces expériences en entreprise, couplées à une médiation entre les salariés en parcours, leurs tuteurs et les organismes de formation, servent de support à de véritables parcours d’insertion professionnelle.

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia