« Comment optimiser démarche individuelle et démarche de l’entreprise » (Isabelle Dupont, Fongecif Pays de la Loire)

Par - Le 15 avril 2019.

En partenariat avec le Fongecif Pays de la Loire, l’école d’ingénieur CESI a organisé le 11 avril sur son campus de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) une conférence dédiée à la réforme de la formation professionnelle.

L’évènement, co-animé avec l’Apec et Agefos-PME, avait pour objectif de décrypter les enjeux des nouvelles mesures auprès des services RH et formation des entreprises locales. « La réforme a été votée très rapidement et apporte de profonds changements », a rappelé en introduction Sophie Crespy, conseillère stratégie et développement au CESI.

Des nouveautés dont doivent s’emparer les entreprises

Transformation complète du financement de l’apprentissage, passage de la collecte de la contribution formation des entreprises à l’URSSAF à l’horizon de 2021… : « la réforme a amené des sujets que nous n’imaginions pas il y a encore peu de temps », a présenté Yohann Rokiçki, conseiller Agefos-PME Pays de la Loire. Elle se traduit également par de nouveaux dispositifs dont devront s’emparer les entreprises.

« La création de la Pro-A1[ 1 ]Dispositif de reconversion ou promotion par alternance. peut avoir des conséquences. Par rapport à la période de professionnalisation, qu’elle remplace, elle est limitée à un public de niveau bac+2 au maximum. Les entreprises devront recourir à d’autres investissements, et peut être faire des arbitrages, pour former leurs salariés ayant un niveau de diplôme plus élevé », a analysé le conseiller.
Le dispositif de l’Afest[ 2 ]Action de formation en situation de travail. offre, lui, de nouvelles possibilités de financement de la formation des salariés. Pour Sophie Crespy, « l’Afest peut être très intéressante pour les entreprises souhaitant former à leurs métiers. Le dispositif peut aussi avoir sa place dans la politique d’intégration de nouveaux collaborateurs ».

Accompagner les projets de formation individuels

Autre volet de la réforme : une forte responsabilisation de l’individu, encouragé à prendre en charge sa trajectoire professionnelle avec un compte personnel de formation (CPF) rénové. Mais l’entreprise aura un rôle à jouer. « Il est intéressant de voir comment optimiser démarche individuelle et démarche de l’entreprise », a présenté Isabelle Dupont, conseillère en évolution professionnelle et référente territoriale au Fongecif Pays de la Loire.

Les employeurs pourront notamment accompagner les salariés utilisant leur CPF de transition, qui a remplacé le congé individuel de formation (CIF). Pour Isabelle Dupont, « le CPF de transition sera amené à financer des parcours plus courts, portant parfois sur un unique bloc de compétences. C’est un outil qui va sûrement glisser sur du co-financement avec les entreprises, ce qui sera moins choquant qu’avec le CIF ». Et d’illustrer : « il faudra travailler ensemble pour par exemple mixer Afest, validation des acquis de l’expérience (VAE) et CPF de transition, afin de pouvoir mener la personne vers une qualification ».

 

Notes   [ + ]

1. Dispositif de reconversion ou promotion par alternance.
2. Action de formation en situation de travail.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters