Le hub Nikola Tesla formera, à terme, 200 franciliens par an aux métiers de la fibre et de la ville intelligente

« Vous êtes en train de faire ce que Nikola Tesla aurait voulu~: inventer des rêves pour tous les jeunes du Val-d’Oise », a déclaré Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France lors de l’inauguration du hub numérique Nikola Tesla à Écouen (95) le 20 février. Premier tiers lieu entièrement dédié à la formation, le Hub accueille des organismes de formation, des structures d’insertion ou des entreprises innovantes, dans le domaine des métiers et usages de la ville intelligente.

Par - Le 21 février 2019.

Aux côtés de Marie-Christine Cavecchi, présidente du Conseil départemental du Val-d’Oise et de Pierre-Édouard Éon, président du Syndicat mixte Val-d’Oise numérique, elle a insisté sur la nécessité de « territorialiser l’offre de formation en lien avec les bassins d’emploi ». Et elle a promis d’aider le hub à créer des diplômes et des carrières, grâce aux fonds du Plan d’investissement sur les compétences, qui alloue un 1 milliard d’euros à la Région. L’Île-de-France n’a pas encore signé son pacte régional d’investissement dans les compétences avec l’État, déclinaison régionale du Pic. Lire notre article.

Le hub rassemble sur les 1 200 m2 de l’ancienne Segpa [ 1 ]Section d’enseignement général et professionnel adapté du collège d’Écouen des plateaux techniques et des démonstrateurs. Rachid Adda, directeur général du syndicat mixte et responsable du hub, évoque « une sorte de Villa Médicis de la formation au service de l’insertion ». L’ambition est de former des bénéficiaires du RSA, des chômeurs de longue durée, des décrocheurs et des salariés en formation continue aux métiers de la fibre optique et de la ville intelligente, tout en devenant centre de ressources sur ces métiers.

Des écoles en résidence

Douze élèves du Greta sont ainsi en formation « installateurs réseau télécom ». Sourcés par l’École de la Deuxième chance et les missions locales, ils sont en alternance au sein des entreprises partenaires du hub. Seize autres sont en contrat d’apprentissage au CFA Ducretet, dans la même formation ou pour devenir chargé d’études (bac + 2). Yoann Billon, directeur du CFA, explique : « Nous sommes un partenaire actif du hub. Il s’agit de réunir toutes les forces pour l’employabilité. Les métiers des télécoms, c’est 95 % d’insertion, et de réussite à la certification ».

Dans la salle « codage », des jeunes sont sensibilisés à la robotique avec l’E2C et l’association Éducabot. À côté, une dizaine de jeunes accompagnés par la Fondation des Apprentis d’Auteuil se remobilise sur le projet professionnel autour du « savoir-être ».

De nouvelles formations

Le directeur du hub Rachid Adda envisage de créer une licence autour des métiers de la vidéoprotection, pour la prochaine rentrée, avec l’université Paris XIII. Les techniciens intermédiaires, capables de gérer la ville intelligente, à base de réseaux, de numérique et de data, manquent. « Il faut créer rapidement de nouveaux diplômes, souligne Valérie Pécresse. Les métiers qui recrutent le plus en Île-de-France n’existaient pas il y a dix ans. »

Les associations ont également porte ouverte : Entraide Autisme teste les atouts du robot Nao pour progresser dans les apprentissages ; LearnEnjoy sensibilise les professeurs au numérique…

Ce projet, né en 2015, est lié à la volonté du Département de déployer la fibre dans 123 communes délaissées par les grands opérateurs. Des clauses d’insertion et de formation sont incluses dans l’ensemble des conventions et marchés signés dans le cadre de ce déploiement. À terme, deux cents personnes par an devraient être formées aux métiers de la fibre et de la ville intelligente.

Notes   [ + ]

1. Section d’enseignement général et professionnel adapté

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform