Les Groupements d’employeurs à la rencontre des jeunes des missions locales

Une mission locale de Bordeaux a ouvert ses portes mardi 19 mars à des représentants de deux groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (Geiq) venus présenter leurs métiers aux jeunes qu’elle suit.

Par - Le 21 mars 2019.

Dans le cadre de la semaine nationale des missions locales, l’antenne sud de Bordeaux avait choisi mardi 19 mars une thématique propice à favoriser une insertion professionnelle rapide. Elle a permis à une trentaine de jeunes qu’elle accompagne de rencontrer des représentants de deux groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (Geiq), spécialisés dans le BTP et la Silver économie [ 1 ]Les activités économiques liées aux personnes âgées. « Bien sûr, ces portes ouvertes ont d’abord pour vocation, comme ailleurs, de permettre de toucher un public plus large et donc de nous faire mieux connaître », commente Alain Guérard, adjoint de direction à la mission locale de Bordeaux. Pour ce faire, l’antenne sud a notamment travaillé de près avec les associations culturelles, sportives et artistiques du quartier, pour qu’elles dirigent vers eux les jeunes éloignés, pour diverses raisons, du système scolaire.

La volonté puis la formation

Elle est donc allée au-delà, laissant la parole à ces deux Geiq. « Ces groupements visent des publics qui correspondent tout à fait au nôtre, en souhaitant donner leur chance à des personnes qui n’ont jamais travaillé par le biais de stages courts, qui permettent de contourner les difficultés inhérentes aux entretiens d’embauche. Elles misent ensuite beaucoup sur l’apprentissage en alternance, ce qui nous semble être la voie royale pour faire avancer ces jeunes », poursuit Alain Guérard. Directeur du Geiq Silver Nouvelle-Aquitaine, Georges Stany présentait ce jour-là les métiers de ses adhérents, Ephad et résidences service pour les retraités. « Nous sommes dans un secteur en recherche permanente de professionnels. Cette pénurie ne va faire que s’amplifier dans les années à venir, alors les missions locales sont, pour nous, un atout précieux. » Face à ces jeunes qui ne sont pas — encore — formés, Georges Stany martèle : les compétences peuvent s’acquérir, mais il faut avoir la volonté de donner de soi-même au profit des personnes âgées.

Secteurs porteurs

Sans rien masquer de la réalité et des difficultés du métier, le représentant du Geiq met notamment en avant les besoins croissants en personnel, donc la perspective de pouvoir travailler partout en France, sans avoir à craindre de trop longues périodes de chômage. « C’est là où le message des Geiq va vraiment être important, ce genre d’argument compte beaucoup », assure Alain Guérard. « On ne va pas résoudre tous les problèmes par ce biais, mais au moins répondre à certains besoins de flexibilité et de parcours de formation en temps partagé, sur des secteurs extrêmement porteurs », termine-t-il. Ce jour-là, une poignée de jeunes semble d’ailleurs sensible au message, et prête à se lancer au moins à la découverte des métiers du BTP et de l’aide aux personnes âgées…

Notes   [ + ]

1. Les activités économiques liées aux personnes âgées

Centre Inffo vous conseille également

Afnor