Certif’ Pro présente son premier bilan

L’association nationale pour la certification paritaire interprofessionnelle et l’évolution professionnelle estime avoir mené à bien la plupart de ses missions dans le contexte complexe de la réforme.

Par - Le 06 octobre 2020.

Certif’ Pro est « l’interlocuteur unique de l’État et de France compétences sur toutes les questions nationales concernant les associations Transitions Pro et pour tous les sujets liés à la transformation des Fongecif ». Le 30 septembre, Certif’ Pro a adressé à la DGEFP (Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle) un bilan de son activité.

Levier d’une politique publique portée par les partenaires sociaux

Premier constat : l’association a commencé à travailler dès la fin 2019. Les deux conventions avec la DGEFP (convention-cadre du 19 juin 2020 et convention de subvention du 15 juillet 2020) ont été signées par la suite. « Pour le dire autrement, expliquent Philippe Debruyne, président (CFDT) et Max Roche, vice-président (Medef), Certif’ Pro n’a pas attendu de bénéficier d’une subvention pour prendre ses responsabilités, afin de faire du réseau des Transitions Pro le levier d’une politique publique portée par les partenaires sociaux en faveur de l’accompagnement des transitions professionnelles, dont les conséquences de la crise sanitaire ont montré toute l’importance. »

Dynamique de réseau

Deuxième constat, toujours selon les présidents de Certif’ Pro, la mobilisation de l’association, à la demande de ses organisations paritaires fondatrices, s’est faite avec un état d’esprit constructif en relation avec France compétences et la DGEFP. Ce travail résolument « orienté usager » a ainsi produit « des livrables tangibles » sur les onze chantiers prévus : statuts et règlements intérieurs des Transitions Pro ; ajout de la mission CléA dans les textes réglementaires ; définition d’une signature et d’une identité graphique communes ; mise en place de sites d’information dans chaque Transitions Pro ainsi que d’un site générique… Elle a également « contribué à initier une dynamique de réseau » en son sein comme dans son rapport de co-construction avec France compétences et la DGEFP. A mettre en avant également : l’accélération de la dématérialisation du dossier PTP (projet de transition professionnelle) pendant le confinement, ou le lancement de l’expérimentation sur la VAE à partir de ce 1er octobre 2020.

Lien entre projet de transition professionnelle et co-investissement

Troisième constat : les partenaires sociaux, pilotes de Certif’ Pro, font néanmoins état d’une inquiétude sur un chantier particulier, celui du lien entre projet de transition professionnelle (PTP) et co-investissement. « Certif’ Pro ne cesse d’alerter sur l’impossibilité qui est faite au candidat à un PTP de co-investir lui-même sur son propre projet avec le montant de son CPF, précisent les présidents. D’autant que lorsqu’un PTP est accordé, son bénéficiaire perd automatiquement les droits inscrits sur son CPF, dont le montant est alors réduit à zéro. Cette situation devient aujourd’hui encore plus critique avec la possibilité pour une entreprise d’abonder le compte de ses salariés : si l’un d’eux bénéficie d’un PTP, ce serait la Caisse des dépôts et consignations qui bénéficierait de l’abondement de l’entreprise et non le salarié lui-même… » Selon Certif’ Pro, ce chantier est à réinterroger en fonction des nouvelles priorités issues de recommandations de France compétences et des dynamiques à l’œuvre dans les territoires dans le cadre des conférences sociales régionales et du plan de relance.

Cet article est-il utile ?

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Lloyd's Register