Concurrence et intérêt général : l’heure des réglages (UHFP 2020)

Comment concilier la nouvelle concurrence introduite par la réforme de la formation qui voit l’émergence de deux nouveaux marchés inédits, et les principes du service public ? Modifiant les équilibres anciens, la loi qui promet la compétence à la portée de tous impose de nouvelles postures aux acteurs. Cette thématique a été abordée jeudi 30 janvier à Biarritz, lors de l’Université d’hiver de la formation professionnelle.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 31 janvier 2020.

C’est ce qui ressort d’une table ronde de l’UHFP consacrée aux nouveaux marchés, qui a laissé une large place aux acteurs du service public chargés de réguler l’offre. Hugues de Balathier, directeur général adjoint de France compétences, a précisé que son organisme était “légitime pour intervenir lorsque les fonds publics étaient mobilisés, même si la régulation pouvait infuser le reste du périmètre”, notamment l’accent porté sur la qualité. La détermination du niveau de prise en charge des contrats d’apprentissage laisse émerger la recherche du meilleur rapport qualité/prix. France compétences lance une mission d’observation des coûts, pour déterminer des nouveaux niveaux…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Ymag