Jean-Marie Breillot (Compétences en Plus) : La crise actuelle consolide une conception renouvelée de la compétence 

La crise actuelle remet au centre des débats « la logique de compétences » qui propose de penser autrement, de considérer moins l’ampleur des savoirs que l’aptitude à mobiliser les compétences horizontales ou transversales adaptées à la situation (soft skills). Pour agir avec compétence, un professionnel doit, en particulier, savoir mobiliser son capital social, savoir jouer avec les forces en jeu dans les situations de travail.

Par - Le 07 mai 2020.

La conception actuelle de la recherche médicale met en valeur l’image de profils ouverts, en échange permanent avec des pairs situés partout sur la planète, s’inscrivant dans des projets collectifs coordonnés par des sommités internationales. Les chercheurs ne doivent leur succès qu’à leur capacité à échanger, à partager des données et à mobiliser des scientifiques d’autres spécialités. Cette nouvelle représentation de la compétence va jusqu’à mettre en cause les systèmes de reconnaissance et de récompense tels que les prix Nobel, jugés trop individualisés, car la majorité des découvertes actuelles sont le fruit d’un ensemble de travaux réalisés à partir de multiples contributions.

Jouer des compétences, c’est savoir jouer en réseau

Les réseaux de relations incitent à mener des actions en mobilisant des ressources différentes de celles qui sont proposées par les structures hiérarchiques et les procédures formelles. La façon dont toutes les compétences sont assemblées, sont tissées ensemble, indique la maturité et la valeur ajoutée du professionnel. L’espace de professionnalisation est un espace social où des acteurs s’entendent et se confrontent autour d’un projet ; il s’élargit en même temps que le capital social* s’agrandit.

Jouer des compétences, c’est savoir jouer « collectif »

La fonction de coopération conditionne la réussite à notre capacité d’agir dans un espace collectif, à développer des compétences relationnelles afin de servir un projet ; le collectif de travail se construit à partir de la qualité des liens entre ses membres. On ne peut dissocier le cognitif de l’affectif ; les sentiments nourrissent les échanges et font du bien, davantage que les procédures froides. La dimension sensible fédère et conduit les communautés professionnelles à installer des cultures spécifiques : les compétences rattachées à la fonction de coopération deviennent aussi déterminantes que celles rattachées aux dimensions techniques.

Jouer des compétences, c’est savoir jouer pour les autres

Dans nos sociétés occidentales, la priorité accordée au court terme et à la compétition dessert toutes les organisations sur le long terme. Pablo Servigne [ 1 ]« L’entraide : L’autre loi de la jungle », par Pablo Servigne et Gauthier Chapelle – Éditeur : Les liens qui libèrent (2017). a démontré l’importance de la coopération au sein de toutes les espèces vivantes ; comme un grand arbre dans une forêt qui va, par l’intermédiaire du réseau racinaire, nourrir de plus petits en souffrance en raison de l’accès restreint à la lumière. Cette compétence, la coopération, consiste à partager naturellement certaines de ses ressources avec des collègues, des partenaires et parfois même avec certains de ses concurrents.

Jean-Marie Breillot est l’auteur de Jouer des compétences pour évoluer et s’orienter, qui vient de paraître aux éditions ESF sciences humaines.

 

 

Notes   [ + ]

1. « L’entraide : L’autre loi de la jungle », par Pablo Servigne et Gauthier Chapelle – Éditeur : Les liens qui libèrent (2017).

Centre Inffo vous conseille également