“Les Crefop répondent aux besoins de nos concitoyens” (François Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire)

Vendredi 7 février, en marge du séminaire réunissant les acteurs du Crefop (Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelle), le président de la Région Centre-Val de Loire, François Bonneau, a organisé une conférence de presse avec les représentants du quadripartisme régional.

Par - Le 19 février 2020.

Désireux de rappeler son attachement à cette émanation régionale du paritarisme, François Bonneau a commencé par souligner son importance. “Ils [les Crefop[ 1 ]Comités régionaux de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles. sont des espaces pertinents de productions de propositions et d’élaboration stratégique qui répondent aux besoins de nos concitoyens”, a déclaré celui qui assure la co-présidence de l’instance avec le préfet de la Région, Pierre Pouëssel.

“Le quadripartisme fonctionne bien”

“La loi a mis à mal le paritarisme, a regretté Véronique de Magy, vice-présidente du Crefop au titre des organisations syndicales de salariés. Le quadripartisme fonctionne bien quand les acteurs se donnent la peine de le faire fonctionner. Nous travaillons dans le même but. Ce n’est pas une posture car nous savons mettre entre parenthèses nos opinions au nom des intérêts régionaux.”

“Dans notre Région, le pilotage de la formation professionnelle croise les branches et le territoire”, a signalé Patrick Ugarte, vice-président du Crefop au titre des organisations professionnelles d’employeurs.

Plus généralement, François Bonneau est revenu sur ce qu’il a estimé être une marginalisation des Régions dans la nouvelle Loi Avenir professionnel. “France Compétences a choisi notre opérateur du CEP. Nous n’avons pu que donner un avis. Or, Tingari (NDLR : l’opérateur choisi pour la Région Centre-Val de Loire) ne connaît pas la réalité de notre territoire.”

Quid de l’apprentissage ?

Concernant l’apprentissage, qui est désormais géré par les branches professionnelles, le président délégué de Régions de France a tenu à rappeler sa position, dénonçant un “non-sens que celui de la recentralisation de ce sujet. Si l’apprentissage connaît une bonne croissance, c’est grâce aux Régions. Le coût-contrat est une menace pour les CFA en zone rurale”. “Que les branches puissent s’organiser, c’est une bonne chose”, a nuancé Patrick Ugarte, avant d’ajouter : “Le problème qui en résulte est que cela donne un patchwork compliqué pour le financement.”

“Travailler ensemble pour fonctionner ensemble”

L’État, représenté par Edith Chatelais, secrétaire générale pour les Affaires Régionales à la préfecture du Centre-Val de Loire, a rappelé que le gouvernement prépare actuellement un “projet de loi 3D” (décentralisation-déconcentration-différenciation), dont les détails devrait être connu d’ici la fin du premier semestre 2020.

“Quand l’État nous donne les moyens, les Régions répondent bien aux problèmes de formations comme c’est le cas avec le Pric”, a avancé François Bonneau. “Nous devons travailler ensemble pour fonctionner ensemble”, a conclu Isabelle Gaudron, vice-présidente de la Région Centre-Val de Loire en charge de la formation professionnelle, de l’orientation et de l’insertion.

Notes   [ + ]

1. Comités régionaux de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Ymag