Transition écologique : des compétences supplémentaires, plus que des nouveaux métiers

10% des établissements déclarent que la transition écologique a des impacts sur le recrutement de nouveaux métiers, selon les résultats du module complémentaire de l’étude BMO (Besoins de mains d’œuvre) de Pôle emploi, qui s’est penchée pour la première fois sur les compétences liées à cette transition.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 16 octobre 2020.

Présentés en avant-première lors d'un séminaire de France stratégies, mercredi 14 octobre, ces résultats montrent une prise de conscience différente selon les secteurs. 15 000 établissements ont participé à cette enquête, présentée par Frédéric Lainé, de la Direction études et statistiques : 30% d’entre eux déclarent que la transition écologique nécessite de s’adapter à de nouvelles méthodes de travail, certains secteurs (commerce et réparation automobile ou agriculture) anticipent des recompositions, avec à la fois un risque de disparation de certains métiers et l’apparition de nouveaux. Quatre types de métiers impliquent des compétences « vertes » importantes : gros œuvre, transport, agriculture, et hôtellerie-restauration, autour…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Ymag