Une plateforme pour promouvoir le plan jeunes et fédérer les initiatives

Le ministère du Travail a lancé, jeudi 19 novembre, un site Internet consacré au plan « un jeune, une solution ». Objectif : aider les jeunes à s’orienter parmi les nombreux dispositifs qui leur sont destinés et faciliter leur mise en relation avec les employeurs, les services de l’insertion et autres acteurs mobilisés sur le terrain.

Par - Le 23 novembre 2020.

Le plan « un jeune, une solution » dispose désormais d’une vitrine. Venue visiter les locaux parisiens du centre de formation d’apprentis Médéric qui forme aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration, la ministre du Travail, Élisabeth Borne a annoncé, jeudi 19 novembre, le lancement d’une plateforme numérique destinée à faire connaître les mesures du plan de soutien à l’emploi et à l’insertion professionnelle des jeunes. Aux yeux de la ministre du Travail, « ce site sera un outil essentiel pour accompagner le déploiement de ce plan de jeunes qui est l’affaire de tous. »

Informer et accompagner les moins de 30 ans

La plateforme recense plus de 20000 offres d’emploi

Premier public ciblé, les jeunes eux-mêmes. Ils y retrouveront des informations sur les nombreux dispositifs de formation et d’accompagnement portés par le gouvernement dans le cadre de « France relance », des offres d’emploi – plus de 20 000 recensées à ce jour -, et des événements tels que des « job dating », salons et conférences. Par le biais de ce site, ils pourront également demander à être contactés par la Mission locale proche de chez eux.

Faciliter les contacts entre jeunes et employeurs

En lançant ce nouveau site, le gouvernement offre aussi de la visibilité aux employeurs. Les entreprises sont ainsi invitées à rejoindre la plate-forme pour s’informer sur les aides à l’embauche et déposer leurs offres d’emploi. Grâce à cet outil, elles pourront aussi référencer les actions qu’elles organisent pour recruter des jeunes et s’inscrire aux événements orchestrés dans les territoires dans le cadre du plan « un jeune, une solution ».

Encourager la mobilisation des entreprises

Outil d’information et de mise en relation, ce site Internet a aussi vocation à encourager les initiatives en valorisant, à travers le label « Les entreprises s’engagent », les employeurs qui se mobilisent en faveur de l’insertion professionnelle des jeunes. « Je suis sûre que cette plateforme va créer de l’émulation parmi les entreprises », estime Élisabeth Borne. De quoi contribuer à « passer d’une logique de plan gouvernemental à un état d’esprit de mobilisation nationale pour notre jeunesse », objectif visé par Thibault Guilly, haut-commissaire à l’emploi et à l’engagement des entreprises, venu avec la ministre du Travail et Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la jeunesse et de l’engagement, échanger avec des jeunes et des employeurs dans les locaux du CFA Médéric.

L’alternance au cœur des initiatives

Sur le terrain de nombreux dirigeants se mobilisent déjà en faveur des jeunes. Le groupe industriel Socotec qui recrute cette année 400 jeunes de moins de 26 ans a ouvert en septembre son CFA. Objectif : former 200 apprentis chaque année. L’entreprise a par ailleurs mis en place un programme destiné aux jeunes des quartiers prioritaires. Baptisé « Rebond favorable », il leur permet de suivre une formation de neuf mois et d’être accompagnés par un tuteur. A l’issue de leur parcours, une cinquantaine de jeunes seront recrutés par l’entreprise. Même implication en faveur des jeunes éloignés de l’emploi chez Septodont, fabricant de produits destinés aux dentistes. Pour ce public, l’entreprise s’est associée à Simplon afin de créer un parcours de formation au numérique.

Offrir une première expérience professionnelle

La société Sodistra spécialisée dans le traitement de l’air mise quant à elle sur le volontariat territorial en entreprise (VTE). Ce dispositif basé sur une prime à l’embauche permet à des PME et ETI d’intégrer de jeunes diplômés pour mener à bien des projets stratégiques notamment dans le domaine de la transition écologique.

De grandes entreprises et des organisations d’employeurs sont également mobilisés. Le groupe Crédit agricole emploie chaque année 4700 alternants et 6000 stagiaires. Depuis deux ans, la banque s’engage à accueillir chaque année en stage d’observation 750 collégiens des réseaux d’éducation prioritaire (REP+). De son côté, le Centre des jeunes dirigeants (CJD) vient de lancer l’opération « Un JD, un alternant » avec pour objectif d’ouvrir 1500 postes en alternance cette année au sein de son réseau d’adhérents.

 

« Un jeune, une solution », premier bilan

  • Aide à l’embauche d’un alternant : plus de 100 000 demandes de primes déposées
  • 314 000 nouveaux contrats d’apprentissage signés mi-octobre
  • Aide à l’embauche : près de 100 000 demandes déposées depuis le 1er octobre
  • 700 000 jeunes embauchés en CDD de plus de trois mois ou en CDI en août et septembre (1,3% par rapport à 2019)
  • Parcours emploi compétences (PEC) : 13 000 réalisés. Objectif 2020 : 20 000
  • Parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (Pacea) : 277 600 réalisés. Objectif 2020 : 340 000
  • Garantie jeunes : 70 500 réalisées. Objectif 2020 : 100 000
  • Accompagnement intensif jeunes (AIJ) : 104 000 réalisés. Objectif 2020 : 135 000
  • Services civiques : plus de 60% de l’objectif 2020 atteint

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Lloyd's Register