« Le Répertoire spécifique est encore un objet mal connu » (Mikaël Charbit, France compétences)

Une grande majorité des dossiers de certification présentés au Répertoire spécifique échoue à être enregistrée. Mikaël Charbit, directeur de la certification professionnelle de France compétences, esquisse plusieurs points de vigilance. Ils seront abordés en détail à l’occasion du rendez-vous « Créer et faire vivre une certification visant le Répertoire spécifique » organisé par Centre Inffo en partenariat avec France compétences, le 20 mai.

Par - Le 27 avril 2021.

Les chiffres sont éloquents : plus de 80 % des dossiers d’enregistrement au Répertoire spécifique sont refusés, contre 40 % pour le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Comment expliquer cette forte différence et quelles sont les erreurs qui « plombent » les résultats des candidats au Répertoire spécifique ?

Manque de dimension certifiante

Pour Mikaël Charbit, directeur de la certification professionnelle de France compétences, la différence de taux d’acceptation entre les deux répertoires nationaux a des causes multiples. « D’abord, la demande de certification sur le RNCP est plus mature. Ensuite, sur les demandes relevant du Répertoire spécifique, nous avons parfois des objets ayant une taille critique insuffisante pour être enregistrés (formations d’un ou deux jours) ou qui ne sont pas certifiants dans leur objet même (accompagnement, par exemple) ; ce sont des choses qu’on ne voit pas au RNCP », explique-t-il.

Méconnaissance du système et des critères d’évaluation

Les candidats, trop souvent, ne sont pas assez au fait des critères d’enregistrement d’une certification. « Le Répertoire spécifique est encore un objet mal connu », acquiesce Mikaël Charbit. Dans certains cas, il y a même confusion entre action de formation et certification. Il arrive ainsi que des prestataires de formation présentent des demandes concernant des certifications ou des habilitations qui ne relèvent pas de leurs compétences. Par méconnaissance du système, ils se positionnent en tant qu’organismes certificateurs alors que les contenus en compétences et les évaluations des candidats dépendent de ministères ou d’autorités publiques. « Cela ne passe pas le stade de la recevabilité, mais reste extrêmement fréquent : c’est 10 à 15 % des dossiers qu’on reçoit », décrit Mikaël Charbit.

Pour les dossiers refusés après examen en commission, le directeur dégage deux principaux écueils : « La difficulté à démontrer une valeur d’usage sur le marché du travail, sinon une analyse du besoin en compétences manquant de données. » Pour aider à mieux comprendre les attendus de la procédure, France compétences a publié fin 2020 un guide d’enregistrement au Répertoire spécifique.

Renouveler sa certification au Répertoire spécifique

Attention également aux certifications de l’ex-Inventaire qui avaient été reprises automatiquement dans le Répertoire spécifique : le renouvellement de leur enregistrement doit avoir lieu avant le 31 décembre 2021. Et les critères auxquels elles devront se conformer sont plus exigeants. « L’Inventaire faisait seulement un recensement, qui n’était pas sous le contrôle du ministère du Travail. On voit des choses qui ne sont même pas certifiantes et qui ont été recensées », avertit Mikaël Charbit.

Pour le directeur de la certification professionnelle de France compétences, une majorité d’organismes certificateurs n’anticipe pas suffisamment ce renouvellement. « En date de notre commission de février, nous avions traité 50 demandes depuis deux ans. Le taux d’acceptation, même si cela ne présage pas de la suite, était de 47 %. Depuis, on constate un début d’accélération, avec une soixantaine de dossiers en cours d’instruction. »

Mais le calendrier se resserre : face à un accroissement continu des demandes d’enregistrement et de renouvellement, le délai d’instruction des dossiers — de cinq mois actuellement –, pourrait passer à six mois cette année.

 


Pour comprendre les enjeux et la procédure d’enregistrement au Répertoire spécifique, rendez-vous le 20 mai à 14h00 :

Créer et faire vivre une certification visant le Répertoire spécifique

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur