« Nous avons mis en place tous les outils nous permettant d’agir sur l’orientation » (Emmanuelle Gazel, Occitanie)

Apprentissage, démarches qualité, orientation, maintien des formations pendant la crise sanitaire… A l’approche des élections qui renouvelleront l’exécutif régional les 20 et 27 juin prochains, Emmanuelle Gazel, vice-présidente en charge de la formation professionnelle de la Région Occitanie, nous dresse un bilan du CPRDFOP (contrat de plan régional de développement des formations et de l’orientation professionnelles).

Par - Le 04 juin 2021.

Le Quotidien de la formation – Quel bilan faites-vous du plan régional de développement des formations et de l’orientation professionnelles (CPRDFOP) sur le mandat qui se termine ?

Emmanuelle Gazel – Pour mémoire, ce plan visait à augmenter le taux d’emploi des actifs, déployer une offre de formation de proximité contribuant à l’égalité des chances, garantir un service public régional de l’orientation performant et impulser une nouvelle gouvernance, avec un budget formation de 400 millions d’euros par an.

Avec notre plan régional de développement de l’’apprentissage, un axe fort de la politique régionale, nous avons obtenu une réussite sur le plan quantitatif et qualitatif : au moment où la compétence nous a été confisquée [ 1 ]La loi du 5 septembre 2018 confie le pilotage de l’apprentissage aux branches professionnelles, en lieu et place des Conseils régionaux., nous avions déjà atteint et même dépassé l’objectif de 40 000 apprentis. Nous avions un maillage satisfaisant avec l’ouverture de 250 nouvelles sections d’apprentissage la dernière année. Aujourd’hui, nous ne sommes plus à la manœuvre mais restons en soutien des acteurs de l’apprentissage au travers des budgets dédiés à l’investissement.

Les démarches qualité sont une autre action emblématique de notre CPRDFOP et du savoir-faire occitan. Nous avons réussi à déployer Certif’ LR, devenu Certif’ Région, sur toute l’Occitanie avec plus de 700 sites de formation labellisés. Nous l’avons maintenu malgré la mise en place d’un certificat national de qualité et avons obtenu la reconnaissance comme instance de labellisation au niveau national fin 2019, avec la possibilité de délivrer la double qualification Qualiopi et Certif’ Région.

L’orientation est le sujet dont je suis le plus fière. Nous avons mis en place tous les outils nous permettant d’agir sur cette question : des Maisons de ma Région dans tous les bassins d’emploi, les trois Maisons de l’orientation dans les deux métropoles, avec une multitude d’outils et de services. Dans les salons TAF (Travail-Avenir-Formation), déployés dans tous les départements, nous avons renforcé les démonstrations métiers. Et notre outil majeur, le site internet Me Former en Région, articule les infos traditionnelles sur les métiers avec des infos en temps réel et adaptées géographiquement sur les offres d’emploi à pourvoir, le type de contrats, le salaire médian…

QDF – Qu’est-ce qui n’a pas pu être réalisé ?

E. G. – Nous n’avons pas pu mener l’expérimentation que nous souhaitions pour coordonner le service public de l’emploi car l’Etat ne nous l’a pas permis. Nous avons eu aussi quelques difficultés au pilotage du CPRDFOP : le réseau de référents mis en place avec la Direccte (Dreets aujourd’hui), le rectorat et les partenaires sociaux, en charge d’éléments de bilans, n’a pas fonctionné comme nous l’espérions.

QDF – Quel impact a eu la crise sanitaire sur vos formations ?

E. G. – En 2020, nous avons réussi à maintenir et même à dépasser le nombre de formations de notre socle (67 000 dont 40 000 Région et 27 000 Pôle emploi), mais nous ne sommes pas allés au bout des 18 000 formations à réaliser dans le cadre du Pic. Nous avons été très réactifs et il y a eu très peu d’interruptions de parcours : 70% de nos formations ont été maintenues en distanciel. Lors du premier confinement, nous avons immédiatement pu basculer tous les organismes de formation qui le souhaitaient sur notre plateforme d’e-formation avec laquelle nous avons aussi pu donner un coup de main à neuf autres Régions

Cet article est-il utile ?

Notes   [ + ]

1. La loi du 5 septembre 2018 confie le pilotage de l’apprentissage aux branches professionnelles, en lieu et place des Conseils régionaux.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur