Organismes de formation : comment s’ouvrir à l’international ? (EGMA)

Pourquoi entamer une démarche de partenariat à l’international et quels sont les facteurs de réussites ? Le 16 septembre, à l’occasion des états généraux de la mobilité des apprentis (EGMA) organisés par Euro App Mobility, une table ronde présentait des exemples inspirants et les outils à disposition des organismes de formation.

Par - Le 23 septembre 2021.

« L’internationalisation est une opportunité à ne pas manquer » pour Paolo Nardi, responsable des projets internationaux de l’organisme de formation professionnelle italien Cometa. Invité à s’exprimer lors des états généraux des apprentis, celui-ci a martelé sa conviction : s’ouvrir à l’international est une manière de « développer ses capacités » autant pour les apprenants que pour l’organisme de formation lui-même.

Différents types de partenariats

Si les intérêts d’une ouverture internationale pour un organisme de formation sont partagés, les modalités et les motivations peuvent varier. Pour les centres de formation de Cometa, qui accompagnent des jeunes vulnérables, la conviction était d’abord « qu’en matière de vulnérabilité, la mobilité est une dimension clé à laquelle il faut réfléchir » explique Paolo Nardi. Mais l’organisme s’est depuis lancé dans un projet plus global : le développement et la dissémination d’un modèle « d’excellence inclusive », en identifiant les pratiques innovantes à l’international et en les partageants au-delà des frontières de l’Italie.

Pascale Labrousse, animatrice du réseau Pologne et Pays Baltes de l’enseignement agricole français, présente pour sa part un modèle plus « classique » de projet international. Celui-ci n’en est pas moins riche, autour de la promotion de formations techniques courtes, de la mobilité des apprenants, ou encore de l’organisation de salons ou de concours sur le sujet de l’agriculture européenne. « Il existe différents types de partenariats […], pour travailler, grandir et apprendre ensemble », explique-t-elle.

Des outils pour s’internationaliser

Pour les organismes de formation ayant un projet d’ouverture à l’international, la clé reste néanmoins de trouver des partenaires dans des pays tiers. Lionel Clémençon, responsable du pôle promotion au sein de l’agence Erasmus+ France / éducation formation, souhaite mettre en avant la nouvelle possibilité du programme de mobilité européenne de conclure des « partenariats à petite échelle ». « Un seul partenaire suffit, […] c’est simple à mettre en place et c’est une manière de rejoindre le programme », souligne-t-il.  On notera également le lancement d’une offre de formation développée par Erasmus+ et ses partenaires, qui vise à professionnaliser la fonction de référent mobilité dans les centres de formation d’apprentis (CFA).

La nouvelle plateforme d’Euro App Mobility est un autre outil pour trouver des partenaires internationaux. Proposée en version beta depuis le 16 septembre et présentée à la suite de la table ronde, elle s’adresse à la fois aux prestataires de formation, aux apprenants et aux entreprises. Parmi les nouvelles fonctionnalités de la plateforme, un système de « matching » (mise en correspondance), doit permettre de repérer et d’identifier plus facilement les partenaires correspondant à son projet.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur