Quand les formations en hôtellerie-restauration passent au vert

Initié en Normandie avec l’appui d’Erasmus+, le projet Green Guest vise à insuffler des pratiques durables dans les métiers de l’hôtellerie-restauration en Europe. Quatrième épisode d’une série consacrée à une sélection d’initiatives territoriales soutenues par Erasmus+ alors que s’ouvre la programmation 2021-2027.

Par - Le 26 juillet 2021.

En 2016, le GIP FCIP de Normandie (Groupement d’intérêt public pour la formation continue et l’insertion professionnelle), devenu depuis IFPRA (Institut de la formation professionnelle en région académique), lance le projet Green Guest. Objectif : « créer un parcours de formation incluant des pratiques durables pour les professionnels et futurs professionnels de l’hôtellerie-restauration », résume Nadine Norgeot Veron, en charge des projets européens au rectorat de Normandie. Accompagné par Erasmus+, Green Guest associe en effet des structures de cinq pays différents : le GIP FCIP ainsi que l’association d’entreprises hôtelières Les petits plats dans les grands en France ; deux universités, en Hongrie et en Estonie ; une entreprise de marketing digital polonaise ; et enfin, une association d’insertion professionnelle et un hôtel en Italie.

Éduquer au développement durable en voie professionnelle

« Les associations professionnelles avec lesquelles nous travaillons avaient la sensation que les demandes des clients pour des services plus durables grandissaient », rapporte Nadine Norgeot Veron. « Il apparaissait donc nécessaire de former les professionnels du secteur pour être en mesure répondre à ces nouveaux besoins et nouveaux souhaits de la clientèle », justifie la conseillère. Autre enjeu important selon elle : la revalorisation des métiers de l’hôtellerie-restauration, à travers la mobilisation de ces pratiques durables. Ces différentes approches répondaient parfaitement à la priorité transversale de transition écologique portée par Erasmus+, qui a accordé près de 300 000 euros au projet : « Nous accompagnons des actions qui servent de levier à la transformation sociétale », rappelle Sébastien Thierry, directeur adjoint de l’agence Erasmus+ France / Éducation Formation. « Mais lorsque l’on pense à l’éducation au développement durable, on évoque rarement la voie professionnelle », observe-t-il.

Des outils pédagogiques, dont un jeu sérieux

Les partenaires de Green Guest se sont donc efforcés de répertorier les bonnes pratiques existantes dans leur pays, afin de constituer un référentiel commun autour de compétences transversales relatives au développement durable. Une grande variété de métiers est concernée : serveurs, cuisiniers, femmes de chambres, achats… Différents outils pédagogiques ont également été mis à disposition des formateurs et enseignants. Parmi eux, le jeu sérieux Green Quest : de façon ludique, les apprenants se sensibilisent à la réduction du gaspillage alimentaire, à la gestion de l’eau, à l’utilisation de produits bios et locaux… « Nous avons également construit une fiche grâce à laquelle les stagiaires peuvent recenser les pratiques durables de l’entreprise qui les accueillent », ajoute Nadine Norgeot Veron. Après trois années de travail, toutes ces ressources sont désormais accessibles librement. « Aujourd’hui, nous finalisons un projet similaire autour de la cuisine végétalienne, également accompagné par Erasmus+ », conclut Nadine Norgeot-Veron.


Erasmus+ dans les territoires, recueil de projets Erasmus+, 2021 :

Erasmus+ dans les territoires

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur