Sciences Po diffuse ses bonnes pratiques en matière de handicaps invisibles

Signée lundi 4 décembre, une convention de partenariat entre Sciences Po, l’Agefiph [[Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées]] et le FIPHFP [[Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique]] valable pour les deux années à venir permettra d’aller plus loin dans l’innovation pédagogique et l’adaptation de solutions aux étudiants en situation de handicap.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 05 décembre 2017.

En matière d’accueil d’étudiants en situation de handicap, Sciences Po a une longueur d’avance. «~Nous avons souhaité nous doter d’une politique ambitieuse~», explique Frédéric Mion, directeur de Sciences-Po Paris. Alors qu’en 2007, les Instituts d’études politiques accueillaient 20 étudiants handicapés, on en compte aujourd’hui 249 (sur 13~000 étudiants en France). 50~% d’entre eux souffrent d’un handicap invisible, dyslexie ou dyspraxie, anorexie, bipolarité, schizophrénie ou autisme. C’est pour cette population, notamment, que Sciences Po met en place des solutions innovantes et souhaite diffuser les bonnes pratiques auprès de ses enseignants. Handicaps invisibles «~La méconnaissance des différentes formes de handicaps invisibles fait…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Pack Bimédia