Le gouvernement se mobilise pour attirer des jeunes vers les métiers de la rénovation du patrimoine

Après l’incendie de Notre-Dame de Paris, trois ministres – Travail, Éducation nationale et Culture – fédèrent les professionnels du bâtiment et les réseaux de formation autour d’une initiative baptisée « Chantiers de France ». Objectif : former davantage de jeunes aux métiers nécessaires à la reconstruction de la cathédrale et à la rénovation du patrimoine en général.

Par - Le 19 avril 2019.

Les ministres du Travail, de l’Éducation nationale et de la Culture ont réuni, jeudi 18 avril, les représentants des professionnels du bâtiment et les réseaux de formation (centres de formation d’apprentis, lycées professionnels) pour lancer l’opération « Chantiers de France ». L’initiative, annoncée par le président de la République mercredi 17 avril, vise à mobiliser les énergies pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame frappée par un incendie, lundi 15 avril, et susciter des vocations dans le domaine de la rénovation du patrimoine.

Compagnons du devoir, Groupement des entreprises de rénovation de monuments historiques (GMH), Chambres des métiers et de l’artisanat (CMA France), Confédération des artisans et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), Fédération française du bâtiment (FFB), Union nationale ds Maisons familiales rurales font partie des nombreuses organisations ayant répondu à l’appel.

« Tout le monde est sur le pont. A partir d’aujourd’hui, nous nous organisons pour donner la chance à des milliers de jeunes de contribuer à la rénovation de Notre-Dame et plus largement du patrimoine », explique la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Développer l’offre de formation

Charpentiers, couvreurs, ébénistes, tailleurs de pierre, plâtriers, peintres décorateurs, facteurs d’orgue… : autant de métiers nécessaires au gigantesque chantier qui va s’engager et à la rénovation des bâtiments historiques en général. Car comme le souligne Bernard Stalter président de CMA France, « ce qui est arrivé à Notre-Dame pourrait arriver à d’autres édifices. » « Pour que ce drame ne se reproduise pas », il est important, selon lui, de favoriser la transmission des savoir-faire et de valoriser ces métiers.

La France dispose de formations de qualité dans les métiers d’art et de la construction, selon la ministre du Travail. Pourtant les compétences manquent. Pour Bernard Stalter, il faudrait « tripler » le nombre de jeunes en formation. La mobilisation engagée lors de cette réunion au ministère du Travail, doit permettre de coordonner les initiatives et de développer l’offre de formation.

Les ministres du Travail, de l'Education nationale et de Culture ont réuni le 18 avril les représentants des filières formant aux métiers de la construction et de la rénovation.

Les ministres du Travail, de l’Education nationale et de Culture ont réuni le 18 avril les représentants des filières formant aux métiers de la construction et de la rénovation.

Campus des métiers

Pour Patrick Liébus, président de la Capeb, il faut en effet « redonner des moyens pour faire de la formation, relancer l’apprentissage » mais aussi « travailler sur l’orientation pour expliquer aux jeunes les tenants et les aboutissants de nos métiers : on démarre apprenti et on devient chef d’entreprise ou compagnon très qualifié. »

La loi « avenir professionnel » qui facilite la création de nouveaux CFA ainsi que la réforme des lycées professionnels offrent des opportunités. « Avant l’incendie de Notre-Dame, nous étions sur le point d’annoncer la création d’un futur campus des métiers d’arts, dans les écuries du château de Versailles », explique Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale. Un autre projet est sur les rails autour de la manufacture des Gobelins.

Dégager des moyens

Pour les participants à la réunion de travail, l’élan de solidarité observé après l’incendie qui a ravagé le toit et la charpente de Notre-Dame doit être l’occasion de dynamiser l’offre de formation. « Pourquoi ne pas flécher des moyens vers la formation et l’avenir de notre jeunesse » suggère Bernard Stalter. D’autant que sur le terrain, les initiatives ne manquent pas. Le président de la Région Grand Est vient par exemple de solliciter le président de CMA France pour créer un CFA du patrimoine.

Après cette première réunion, la ministre du Travail devrait nommer prochainement un référent chargé de coordonner les initiatives.

(Crédits photo : ministère sociaux/DICOM/William ALIX /SIPA Press)

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters