Salon de l’agriculture : se former aux métiers agricoles, des métiers qui recrutent

 Le réseau Agri’recrute, qui depuis vingt ans travaille à promouvoir l’emploi et la formation dans le secteur agricole, sera présent au Salon de l’agriculture pour informer et attirer des candidats. Cette année, le Salon a commencé le 22 février et se tiendra jusqu’au 1er mars.

Par - Le 24 février 2020.

“L’agriculture, deuxième employeur de France, offre des emplois à tous les niveaux de formation sur des métiers modernes et en pleine évolution”, explique Mickaël Jacquemin, président de l’Anefa [ 1 ]Anefa : association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture. et porte-parole du pôle Agri’recrute. Ce réseau réunit douze[ 2 ]Anefa, Apecita, Aprefa, Aprodema, CFE-CGC, Cneap, FNEDT, FNSEA, Ocapiat, UNMFR, UNREP, Vivea. acteurs du monde agricole – syndicats, associations paritaires, fonds de formation – qui œuvrent pour promouvoir l’emploi et la formation. Ses membres seront présents au Salon de l’agriculture du 22 février au 1er mars 2020 pour informer le public et animer différents ateliers : témoignages sur les mobilités internationales, sensibilisation sur le recyclage du plastique, quiz avec stages à gagner.

Apprentissage

L’enjeu est d’attirer davantage de candidats vers un secteur qui recense 10 000 emplois non pourvus dans la production agricole, et 7 000 dans la filière de l’agroéquipement. Pour former des jeunes, l’alternance a toujours été une voie royale : “Le dispositif de prépa-apprentissage, qui propose une découverte des métiers à 15-16 ans fonctionne bien, et le nombre d’apprentis, en fin de troisième comme dans le supérieur, est en progression”, constate l’Aprefa, qui œuvre pour la promotion des formations publiques. Les Maisons familiales et rurales (MFR) ont enregistré 16 % de hausse de l’apprentissage.

Diversité des profils

Les membres du réseau Agri’recrute mènent des actions de communication toute l’année sur les territoires. Par exemple l’association Aprodema, sur la filière de l’agroéquipement, propose un serious game dans les collèges pour faire découvrir les machines agricoles et la diversité des métiers : “Aujourd’hui les entreprises ont besoin de conducteurs d’engins hautement qualifiés, capables d’utiliser les technologies embarquées sur les machines et les outils d’aide à la décision, les besoins évoluent, explique le représentant de l’association, le monde agricole peut aussi être un débouché pour des data-scientists, ou des roboticiens.”

Reconversions et nouveaux métiers

Accompagner les reconversions est aussi un enjeu : “Aujourd’hui, on compte 30 % d’installations hors du cadre familial, de personnes qui changent de métier pour se lancer dans l’agriculture”, rapporte la représentante de Vivea, le fonds de formations des chefs d’entreprise agricole, dont 150 000 se forment chaque année sur des formations techniques, la réduction des produits phytosanitaires, la sécurité au travail, etc. Enfin, la formation doit accompagner l’émergence de nouveaux métiers : “Dans la bio-énergie, la méthanisation, l’élevage d’insectes, par exemple.”

Le ministère de l’Agriculture soutient le secteur par une campagne de communication intitulée “L’aventure du vivant” : un camion partira du Salon de l’agriculture pour un tour de France rural, “dans le but de dépoussiérer l’image de l’enseignement agricole, montrer qu’il s’agit de métiers modernes et connectés”, conclut la porte-parole du ministère.

Notes   [ + ]

1. Anefa : association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture.
2. Anefa, Apecita, Aprefa, Aprodema, CFE-CGC, Cneap, FNEDT, FNSEA, Ocapiat, UNMFR, UNREP, Vivea.

Centre Inffo vous conseille également