Le Pic alloue 26 millions d’euros à la Bourgogne-Franche-Comté pour 2018

Par - Le 02 mai 2018.

Ce jeudi 26 avril, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, s’est rendue à Dijon pour signer la convention d’amorçage du Plan d’investissement des compétences (Pic), avec la Région Bourgogne-Franche-Comté. 26 millions d’euros ont ainsi été accordés à la collectivité pour financer plus de 5 000 formations supplémentaires en 2018.

« C’est un très grand satisfecit », a répété plusieurs fois, Marie-Guite Dufay, la présidente du Conseil régional. Aux côtés de la ministre du Travail, elle a signé ce jeudi 26 avril la convention de lancement du Pic– Plan d’investissement dans les compétences. Ce plan vise à financer, d’ici 2022, la formation d’un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés, et d’un million de jeunes éloignés du marché du travail sur l’ensemble du territoire national.

4 500 euros par formation

Pour cette année de démarrage, Bourgogne-Franche-Comté bénéficiera de 26 millions d’euros, qui permettront de financer 5 731 formations supplémentaires en 2018. Une somme sans précédent, a souligné Marie-Guite Dufay : avec le Pic, ce sont plus de 4 500 euros qui pourront être dépensés par formation, soit plus du double de la somme attribuée dans le précédent plan 500 000. « C’est la première fois que le gouvernement assure le financement pérenne de formations pour les demandeurs d’emplois », a reconnu Marie-Guite Dufay, insistant sur sa « reconnaissance » vis-à-vis de l’État.

Des prestations de qualité

Au-delà de la quantité, la présidente du Conseil régional s’est également félicitée de la qualité des formations qui pourront être proposées grâce à l’aide de l’État : « Le Pic s’adresse à ceux qui sont les moins formés », a indiqué Marie-Guite Dufay. Un aspect non négligeable dans une région où 60 % des demandeurs d’emploi disposent d’un diplôme de niveau V ou inférieur. « Grâce au financement apporté, ils pourront bénéficier de prestations de qualité », s’est réjouie la présidente.

Publics cibles

Deux publics seront particulièrement visés par le Pic en Bourgogne Franche-Comté : les personnes handicapées et les jeunes issus des quartiers politique de la Ville « Les formations seront également adaptées aux transformations des emplois dues aux transitions écologique, énergétique et numérique », a précisé la présidente de Région, sans oublier de mentionner l’importance de l’industrie. « La Bourgogne-Franche-Comté est une région dynamique, mais cette dynamique peut s’affaiblir si les entreprises ne trouvent pas les compétences », a affirmé Muriel Pénicaud pour justifier l’intérêt du Pic.

Après cette année de transition, un plan pluriannuel s’étendant de 2019 à 2022 sera établi entre l’État, la Région, Pôle emploi et les partenaires sociaux au cours des prochains mois. S’il n’est pas réajusté, le budget prévu pour ces quatre années devrait être de 280 millions d’euros pour la région Bourgogne-Franche-Comté.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters