De la Bretesche

Par - Le 22 décembre 2006.

Alix de la Bretesche, jusque-là conseillère chargée de l’égalité des chances, de l’illettrisme, de l’intégration et du handicap au cabinet de Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a été nommée en octobre présidente du conseil d’administration de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Ancsec).

Cette Agence, qui dispose pour cette année 2007 d’un budget d’environ 500 millions d’euros, regroupe quatre grandes missions : l’intégration des personnes issues de l’immigration et la lutte contre les discriminations – par intégration des missions de l’ex-Fasild -, la politique de la ville, le service civil et volontaire et la lutte contre l’illettrisme, en partenariat avec l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme.

Pour Alix de la Bretesche, qui fut conseillère technique au ministère des Affaires sociales auprès de Simone Veil, “ce poste représente une suite logique avec mes fonctions passées, et surtout l’opportunité d’un retour sur le terrain après la vie de cabinet ministériel”.

De toutes les luttes pour l’amélioration des plus en difficulté, cette ancienne présidente de la Fnars (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale) durant cinq ans, souhaite vivement se déplacer sur le terrain, “afin d’éclairer les interventions de l’Ancsec”.

L’Agence aura en effet des délégations régionales et départementales qui utiliseront l’infrastructure laissée par le Fasild. Sur le terrain de la formation, l’Ancsec contribuera au financement de l’action de 50 000 jeunes volontaires, notamment leur formation civique, qui accompliront une mission de service civil dans des organismes publics ou associatifs.

“Elle proposera également des programmes d’appui aux personnels accueillants de l’ANPE, d’établissements publics, de l’Afpa, à la lutte contre les discriminations”, explique la nouvelle présidente.

S’agissant des associations dont le financement est structurellement fragile, Alix de la Bretesche promet de “simplifier les procédures d’accès aux concours financiers, grâce à une déconcentration des moyens via les préfectures, estimant qu’une telle initiative contribuera à la pérennité des actions”.

Sur le terrain de l’illettrisme, l’Agence devra contribuer à mieux structurer les interventions – essentiellement des formations – en articulation avec le GIP Agence nationale de lutte contre l’illettrisme, les programmes régionaux dédiés et les missions des DDTEFP. Beaucoup de terrain en perspective.

Renée David-Aeschlimann

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters