Toutée

Par - Le 01 juin 2005.

Henri Toutée a été nommé président de l’Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations (Anaem), créée par la loi du 18 janvier 2005 et mise en place par un décret du JO du 24 avril dernier.

Cette Agence est le résultat de la fusion de l’Office des migrations internationales et du Service social d’aide aux émigrants (SSAE).

Né en 1952, Henri Toutée a été nommé auditeur au Conseil d’État en 1975, à sa sortie de l’Éna.

Il était président du conseil d’administration de l’Omi depuis décembre 2002.

Placée sous la double tutelle des ministères en charge de l’emploi et de l’intégration, l’Anaem est désormais l’opérateur principal du service public d’accueil et d’intégration des étrangers en situation régulière et séjournant durablement en France. Le nouvel organisme comptera près de 1 000 salariés, avec un budget qui devrait correspondre à la fusion de ceux de l’Omi et du SSAE, soit 78 millions d’euros.

“Il fallait parvenir à une organisation plus importante en matière de prise en charge et d’accueil des étrangers. Il était donc naturel que le SSAE, grosse association de service social employant 400 personnes et largement subventionnée par l’État, apporte son savoir-faire en matière d’action sociale. L’objectif était de parvenir à un véritable accueil que l’Omi n’était pas en mesure d’assurer à lui seul”, commente Henri Toutée, ancien président, au Conseil d’État, de la sous-section des réfugiés et des étrangers. “Pour le moment, tient-il à préciser, la première réunion de notre conseil d’administration, composé de dix-huit personnes, n’a pas encore eu lieu, et le budget n’a pas encore été voté.”

Courant 2005, l’Anaem sera structurée en 51 délégations régionales ou interdépartementales, et renforcera sa présence dans les principaux territoires d’immigration (Île-de-France, Bouches-du Rhône, Nord…).

Une fusion et une réorganisation qui ne devraient pas produire d’effet majeur en terme de budget et d’effectifs employés : “L’objectif n’est pas de réaliser des économies d’échelle, souligne Henri Toutée, car il s’agit de mettre en œuvre, sur tout le territoire, le contrat d’accueil et d’intégration. 60 000 ont déjà été signés sur 2003-2004.”

Il s’adresse à l’ensemble des étrangers en situation régulière, et prévoit deux types de formations, budgétées à hauteur de 20 millions d’euros par la loi, l’une, linguistique, s’adressant à des personnes maîtrisant leur langue d’origine écrite et orale, et l’autre, d’une journée, étant consacrée à la vie en France, ses valeurs, et les modalités d’accès au service public de l’emploi. “Ces formations peuvent aller jusqu’à 600 heures”, précise Henri Toutée.

Renée David-Aeschlimann

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform