Table ronde, à l’occasion du lancement, le 6 juin, des Innov’Trophées sous l’égide du Copanef, du FPSPP et de Centre Inffo.

Innovation : quand les financeurs et les branches expérimentent

L’innovation en formation était à l’honneur, mardi 6 juin, à l’occasion du lancement des Innov’Trophées sous l’égide du Copanef [Comité paritaire interprofessionnel national de l’emploi et de la formation professionnelle.]], du FPSPP [ 1 ]Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels. et de Centre Inffo ([notre article). Les organismes paritaires financeurs n’ont cependant pas attendu l’événement pour se lancer dans l’expérimentation. Panorama d’initiatives mises en œuvre dans des branches, des Opca et des Fongecif.

Rédigé par . Publié le 08 juin 2017. Mis à jour le 11 mars 2019.

Bien sûr, du côté des acteurs, les initiatives d’innovation en matière de formation sont contraintes par les spécificités du secteur ou du territoire. Ainsi, dans la propreté, branche qui emploie une forte majorité de salariés de niveau V (CAP) ou infra, aux horaires décalés ou maîtrisant mal la langue française, le départ en formation se révèle compliqué. C’est ce qui a amené la Fédération de la propreté a développer un programme e-learning, hébergé sur une plateforme LMS [ 2 ]Learning Management System ou Softwre : logiciel qui gère un processus d’apprentissage ou un parcours pédagogique interne permettant aux salariés des entreprises de la branche de se former sur 9 modules.

« Pour l’essentiel, il s’agit d’un programme de FLE [Français langue étrangère.]], mais nous comptons désormais quelques [certifications CléA validée par notre commission nationale de branche » explique Fabienne Estrampes, directrice formation de la Fédération. Ces innovations initiées par la branche ont d’ailleurs profondément modifié les habitudes. « Avant, nous avions des services RH qui s’occupaient principalement d’administration ou de gestion financière », ajoute-t-elle, « aujourd’hui, leur activité relève davantage de la conduite de projet et de ingénierie de formation ».

Formations en situation de travail

Des publics peu qualifiés ou en situation d’illettrisme, on en rencontre aussi dans le secteur de l’économie sociale. Autre caractéristique : ces salariés arrivent souvent dans le secteur sur le tard (45 ans) et le quittent tôt pour évoluer vers d’autres employeurs. « En outre, beaucoup de métiers pratiqués au sein des entreprises adhérentes sont réglementés et nécessitent des qualifications particulières pour être exercés » indique Thierry Dez, directeur général d’Uniformation, l’Opca du secteur. Pas facile dans ces conditions de mettre en place des dispositifs formation. C’est pourquoi l’organisme paritaire a fait le choix de privilégier les solutions à partir de formations en situation de travail.

Des expérimentations en ce sens ont eu lieu dans le domaine de l’habitat social ou des bailleurs sociaux. Ce qui n’empêche pas d’autres initiatives, à destination des salariés de grandes mutuelles cette fois, reposant sur le mentorat inversé. « Ici, les salariés les plus jeunes accompagnent les seniors et les forment aux réseaux sociaux ou aux nouvelles technologies » , explique Thierry Dez.

VAE dématérialisée

Des salariés bien formés, mais appartenant à des TPE qui les laissent peu partir en formation, c’est le quotidien des professions libérales. D’où le choix d’Actalians, l’Opca des professionnels libéraux (mais aussi celui de l’hospitalisation et de l’enseignement privés) d’investir dans des dispositifs de reconnaissance des acquis de l’expérience dématérialisés. « Au bout du processus, 60 % des stagiaires ont obtenu leur diplôme et 30 % ont accédé à une VAE partielle. Seuls 10 % ont échoué », se souvient Arnaud Muret, directeur de l’Opca qui a d’ailleurs intégré l’accompagnement des salariés en formation et l’ingénierie de nouveaux moyens pédagogiques dans ses appels à projets.

Adaptation permanente dans la métallurgie

« Dans la métallurgie, l’innovation en formation relève des prérogatives de la branche. Côté financement, c’est la relation de proximité avec les entreprises industrielles où l’innovation est la règle, qui pousse l’OPCAIM à s’adapter en permanence. C’est le cas par exemple pour la mise en œuvre de la préparation opérationnelle à l’emploi. Elle répond à des besoins des entreprises sur des métiers en tension identifiés par les partenaires sociaux de la branche. Mais face à l’essoufflement constaté en termes de sourcing, une expérience telle que celle du SMV (service militaire volontaire) apporte des solutions innovantes et efficaces. Le partenariat avec la Défense et le soutien du FPSPP est un succès et nous comptons le répliquer sur plusieurs territoires. Enfin, les financeurs ont une belle page à écrire en termes d’innovation avec l’ouverture apportée par le décret du 22 mars dernier sur les parcours formation et les forfaits de prise en charge. Une opportunité de reconnaissance, dans nos financements de la diversité des modes d’acquisition des compétences », témoigne Stéphanie Lagalle-Baranès, directrice générale d’Opcaim, l’Opca de la branche.

Extension du Cif-CDD

Mais l’innovation en formation n’est pas l’apanage des Opca ou des branches professionnelles. Les Fongecif mettent aussi la main à la pâte. En témoigne un programme, monté dans le Centre-Val de Loire avec l’appui de la Région qui met en rapport des demandeurs d’emploi avec des entreprises peinant à recruter sur des métiers en tension (conseiller funéraire, préparateur environnemental spécialisé dans le recyclage…).

Ce programme est rendu possible par l’extension du Cif-CDD, l’implication des employeurs (qui présentent leurs métiers dans une série de vidéos et acceptent les postulants en stages d’immersion), le Fongecif (qui s’engage à fournir un service de conseil en évolution professionnelle si les candidats échouent dans leur immersion en entreprise) et les organismes de formation locaux, impliqués dans le cursus de ces demandeurs d’emploi. 150 bénéficiaires sont déjà impliqués dans l’opération.

Notes   [ + ]

1. Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels.
2. Learning Management System ou Softwre : logiciel qui gère un processus d’apprentissage ou un parcours pédagogique

Centre Inffo vous conseille également