Epale, plateforme d’échanges et de coopérations des acteurs de la formation en Europe, est à présent ouverte en France

Le lancement en France de la plateforme Epale a eu lieu le 5 novembre à Paris. Développée par la Commission européenne, et lancée à Bruxelles le 15 avril dernier, elle a pour objectif de donner de la visibilité au secteur de l’éducation et de la formation des adultes

Par - Le 06 novembre 2015.

Le secteur de l’éducation et de la formation des adultes est une composante de la formation tout au long de la vie mal connue. Il souffre d’un problème de confusion avec d’autres secteurs et d’un manque de visibilité de par la difficulté de comprendre ses enjeux. Pourtant il est au cœur des priorités de la Commission européenne. C’est pour pallier cette situation et répondre aux besoins d’échanges et de coopérations que la Commission européenne a développé une plate-forme destinée aux professionnels de la formation des adultes en Europe. Baptisée Epale (ePlatform for Adult Learning in Europe), « la plate-forme a été officiellement lancée, le 15 avril 2015 à Bruxelles. Le lancement se poursuit dans chacun des pays concernés”, a indiqué Géraldine Libreau, coordonnatrice du projet à la direction générale éducation et culture de la Commission européenne, lors de la journée de lancement en France de cet outil, ce jeudi 5 novembre à Paris.

Communauté multilingue

Cette “communauté multilingue” (plus de 24 langues) destinée à soutenir l’éducation et la formation pour les adultes en Europe traite de toutes les formes générales, qu’elles soient formelles, informelles ou non formelles, qu’elles soient délivrées par des organismes privés ou publics. Elle vise à permettre le partage des ressources à travers des blogs, des actualités, un calendrier d’événements, des articles, ainsi que l’échange autour de pratiques communes. “Ce n’est pas un espace de la Commission européenne. C’est un espace virtuel que nous fournissons aux acteurs de la formation professionnelle continue (formateurs, conseillers en insertion, volontaires, universitaires, étudiants, acteurs institutionnels, chercheurs, etc.) pour communiquer et travailler ensemble. Il doit leur permettre de partager leurs pratiques, expériences et idées de projets, de trouver des partenaires et de contribuer à améliorer la qualité des offres de formation des adultes en Europe”, a précisé Géraldine Libreau. La communauté est structurée autour de cinq thèmes divisés chacun en sous-thèmes : soutien aux apprenants ; environnements d’apprentissage ; compétences ; qualité ; politiques, stratégies et financement.

Epale compte à ce jour 8 000 inscrits, dont 400 utilisateurs en France. Les plus représentés sont les Italiens, suivis des Polonais, des Portugais et des Français. “Une partie des inscrits réside hors d’Europe, notamment en Afrique de l’Ouest ”, a indiqué Thierry Ardouin, professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Rouen. Selon cet expert des questions de formation des adultes, qui a participé à la conception de la plate-forme, cette ouverture permettra l’essaimage et le maillage auprès des réseaux de chercheurs et de formateurs dans les pays d’Afrique francophone et l’Agence universitaire francophone (AUF). Il entend également inciter les étudiants en Master des sciences de l’éducation à se servir d’Epale dans le cadre de leur formation. Comme tous les autres membres, ils sont encouragés à y contribuer en partageant leurs opinions, en écrivant des articles, en soutenant des propositions, ou encore en relayant une bonne pratique, un événement, un nouvel article ou une source qui pourrait intéresser les professionnels. Actuellement, plus de 1 000 ressources en plus de 24 langues différentes sont disponibles sur la plate-forme.

300 000 euros pour la France

Epale a été soutenue à l’origine par l’intermédiaire du programme pour l’éducation et la formation tout au long de la vie/Grundtvig (2007-2013). Elle bénéficie aujourd’hui d’un financement au titre du programme Erasmus + (2014-2020). Quelque 6,5 millions d’euros ont été consacrés à ce projet depuis son lancement il y a trois ans. Des financements nationaux complémentaires ont été apportés. Selon Marie-Pierre Chalimbaud, directrice du département développement à l’Agence Erasmus + France / Éducation Formation, en 2016, une enveloppe de 300 000 euros, dont 20 % de la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) sera consacrée au fonctionnement de la plate-forme en France : travail des experts et des équipes d’animation, actions de promotion, etc. “Epale est un outil que nous voulons durable. Il sera financé après l’échéance du programme Erasmus + en 2020”, a annoncé Géraldine Libreau. “Pour l’Agence Erasmus + France, il est un outil d’impact et de diffusion important”, a précisé Marie-Pierre Chalimbaud. Qui entend développer davantage de partenariats, notamment avec le Céreq et Centre Inffo, pour inciter plus d’acteurs à l’élaboration de contenus de qualité. En effet, au niveau des États membres, des services nationaux d’assistance doivent alimenter la plate-forme. Pour la France, cette mission est confiée à l’Agence Erasmus + France / Éducation Formation.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters