Éducation nationale : pas de crédit alloué à la réforme du lycée professionnel en 2023

La hausse des moyens de l’Éducation nationale pour 2023 contribuera en grande partie à l’augmentation de la rémunération des enseignants et autres personnels du ministère. Les contours de la transformation de la voie professionnelle n’étant pas fixés, aucun crédit spécifique à cette réforme n’a été budgété dans le projet de loi de finances 2023.

Par - Le 28 septembre 2022.

Premier budget de l’État, l’Éducation nationale bénéficiera, en 2023, d’une augmentation importante de ses moyens. Le projet de loi de finances présenté en conseil des ministres, lundi 26 septembre, prévoit d’allouer 60 milliards d’euros à l’enseignement scolaire, soit une hausse « inédite » de 6,5 % par rapport à 2022, selon le ministère. Cette croissance contribuera en grande partie à la revalorisation de la rémunération des personnels du ministère. Outre la hausse du point d’indice de la fonction publique (1,7 milliard d’euros), 635 millions d’euros sont prévus pour les augmentations de salaire des enseignants à compter de la rentrée 2023. A cette enveloppe s’ajoutent 300 millions d’euros pour des revalorisations liées à l’exercice de missions complémentaires. Les modalités de mise en œuvre de ces augmentations feront l’objet de concertations avec les organisations syndicales à partir du 3 octobre.

Une réforme qui aura des incidences sur le budget 2024

Ces mesures de revalorisation concernent tous les enseignants y compris les professeurs des lycées professionnels (10 % des enseignants) qui s’apprêtent à vivre une nouvelle réforme. Annoncée par le président de la République lors de la campagne présidentielle, la transformation de la voie professionnelle se fera « de manière très progressive et concertée avec les parties prenantes », selon le ministère de l’Éducation nationale. D’où l’absence de crédits spécifiquement alloués à cette réforme dans le projet de loi de finances 2023. Les évolutions issues des concertations que vient d’entamer Carole Grandjean, ministre déléguée à l’Enseignement et à la formation professionnels, devraient avoir des répercussions sur le budget du ministère à partir de 2024.

Des premières mesures à la rentrée 2023

Les premières mesures annoncées telles que la gratification des périodes de stages en entreprises prévue à la rentrée 2023 ne bénéficient pas de lignes budgétaires spécifiques à ce stade. Il en va de même des actions de découvertes des métiers au collège qui débutent à titre expérimental cette année et devraient se généraliser à la rentrée 2023. Déployées « en cohérence avec la compétence des Régions », elles seront « financées cette année par les académies », précise le ministère de l’Éducation nationale.

Une enveloppe en faveur de l’innovation

Comme les autres établissements, les lycées professionnels pourront accéder au fonds d’innovation pédagogiques annoncé par le chef de l’État le 25 août. Destiné à soutenir des projets portés par les équipes pédagogiques localement, ce dispositif sera financé à hauteur de 500 millions d’euros sur cinq ans. Une première enveloppe d’un montant de 150 millions sera disponible en 2023 pour accompagner les premiers projets sélectionnés.

Centre Inffo vous conseille également