Anne-Charlotte Monneret, directrice générale d'EdTech France.

Anne-Charlotte Monneret, directrice générale d’EdTech France.

La formation professionnelle, premier marché des EdTech en 2021

 Le chiffre d’affaires 2021 de la filière EdTech en France est estimé à 1,3 milliard d’euros, selon une étude Edtech, Banque des territoires Caisse des dépôts et consignations et EY-Parthenon. 

Par - Le 23 mars 2022.

« En 2021, la filière Edtech française compte environ 500 entreprises et 10 000 employés, chiffres en forte croissance par rapport à 2019 qui comptait 7 800 employés et 430 entreprises, et son chiffre d’affaires 2021 en France est estimé à 1,3 milliard d’euros», résume Anne-Charlotte Monneret, directrice générale de EdTech France, association « des entreprises ayant décidé de rendre la technologie et l’innovation utiles à l’éducation, à l’enseignement supérieur et la formation tout au long de la vie », lors de la présentation le 16 mars, d’une étude menée par Edtech, Banque des territoires/Caisse des dépots et consignations et Ernst & Young Parthenon France auprès de 400 entreprises EdTech.

70 % du chiffre d’affaires par 20 structures

La formation professionnelle est le 1er marché des EdTech. « 85% du chiffre d’affaires est porté par la formation (51%) et le mixte (34%), c’est-à-dire des formations à destination des professionnels, des entreprises et des diplômés de l’enseignement supérieur », indique Jérôme Fabry, associé EY Parthenon. Ce chiffre d’affaires est concentré à 70% par le top 20 des EdTech françaises, dont 17 se positionnent sur le segment de la formation professionnelle.

Parmi les 400 EdTech interrogées, 53% s’adressent au segment de la formation professionnelle (non exclusivement) et 40% à celui de l’enseignement supérieur (non exclusivement). « On remarque des frontières de plus en plus poreuses entre les 3 segments de marché -scolaire, enseignement supérieur et formation professionnelle-, les entreprises n’hésitant pas à faire évoluer leurs offres pour s’adresser à 2 ou 3 segments », confirme Jérôme Fabry.

L’enseignement supérieur représente la plus faible part du marché si on considère les acteurs positionnés exclusivement sur ce segment de marché (3%). Le segment scolaire représente 12% de la filière, dont 7% porté par des acteurs exclusivement sur ce marché.

Les modèles d’affaires sont majoritairement centrés sur le B2B (75%). Les entreprises et les organismes de formations sont les principaux consommateurs de Edtech en France, mais 47% des Edtech affirment vendre aux écoles directement et 40% aux collectivités.

Grosses levées de fonds, mais pas pour tous

Au-delà de ces points positifs, le filière EdTech française reste fragmentée : 60% des structures déclarent 10 salariés ou moins, et 60% ont un chiffre d’affaires inférieur à 500 000 €. L’année 2021 a certes été une année record en termes de levée de fonds dans la EdTech avec +436 millions d’euros levés. Mais ces levées importantes restent encore concentrées sur les champions de la filière et sur la formation professionnelle : 177 millions d’euros pour 360Learning, 100 pour Ornikar et 68 pour OpenClassrooms. Les Edtech avec un chiffre d’affaires inférieur à 500000 € manquent de financement en amorçage et accélération, notamment sur les segments scolaires et de l’enseignement supérieur.

Autre point faible des EdTech : un manque d’aide au développement et au financement au niveau local.

 

Centre Inffo vous conseille également

Digiforma