Transfert des personnels d’orientation à Pôle emploi : des compétences à renforcer et à trouver

Sur les 1 200 personnes dédiées à l’orientation au sein de l’Afpa (psychologues, assistants techniques d’orientation, ingénieurs et cadres), ce sont finalement 920 salariés, soit plus des trois quarts, qui vont être transférés à Pôle emploi.

Par - Le 07 avril 2009.

C’est ce que propose, avec les modalités du transfert, le « projet de rapport conjoint Afpa-Pôle emploi sur les modalités de transfert de l’activité d’orientation des demandeurs d’emploi » remis aux instances représentatives des salariés vendredi 3 avril. Il sera examiné par le conseil d’administration de Pôle emploi le 8 avril et le bureau (puis en assemblée générale) de l’Afpa le 9.

En charge de l’orientation des chômeurs, Pôle emploi devra, selon le rapport, réorganiser son offre. Le rapport distingue deux niveaux d’expertise : l’accueil-information sur la formation, la VAE, l’élaboration de projets de formation ou de mobilité ne nécessitant pas d’expertise spécifique assurée par des conseillers expérimentés en formation, ou des co-traitants (comme les Missions locales, Cap emploi, l’Apec, etc.).

Mais, si le projet est plus complexe et nécessite «une expertise et un accompagnement particulier », le conseiller sera amené à prescrire une prestation « d’orientation spécialisée » mise en œuvre par des psychologues du travail « dans le cadre d’équipes d’orientation au sein de plateformes de services », ces dernières concourant à d’autres activités de la plateforme.

Pour les auteurs, la mise en place de cette orientation requiert la réorganisation de l’offre et le développement des compétences des conseillers en formation, en ingénierie financière ou connaissance de l’offre de formation régionale ou professionnelle. Le rapport préconise que l’orientation spécialisée soit réalisée par les équipes «orientation» « s’appuyant sur les compétences des psychologues du travail et les assistants techniques d’orientation ».

De son côté, l’Afpa est tributaire de la mise en œuvre des réformes (formation professionnelle, assurance chômage, RSA), de la conjoncture et « des risques qui pèsent sur l’évolution des modalités de financement ». Le rapport envisage que pour stabiliser son chiffre d’affaires, il lui faudra envisager « une stratégie de développement permettant une diversification des clients et une évolution de l’offre de services ». Pour accomplir les prestations de conseil, d’accompagnement et d’ingénierie sur les transitions professionnelles pour les pouvoirs publics, les entreprises et aux personnes, de nouvelles compétences vont être nécessaires.

Philippe Caïla, directeur général de l’Afpa, prévoit de trouver en interne les 300 équivalents temps plein nécessaires à les assurer au sein d’« Afpa orientation » nom de la nouvelle activité distincte d’ « Afpa formation ». Si certains personnels, psychologues, assistants techniques d’orientation (ATO) ou ingénieurs dispensent déjà ces prestations, il aura recours à un recrutement en bonne et due forme : « Il faudra faire des évolutions de compétences », explique-t-il. « D’ici la fin juin, nous aurons défini notre projet et nous lancerons le recrutement. » Priorité sera donnée à ceux qui viennent de l’orientation.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters