Le numérique pour motiver et capitaliser les expériences

Par - Le 20 juin 2011.

Quels sont les usages et opportunités du numérique dans le champ de l’accompagnement en orientation, pour le public et pour les structures ? C’est sur cette question que s’est penché un atelier des 1ères rencontres des acteurs de l’orientation, avec trois témoignages pour illustrer la problématique.

Le webclasseur de l’Onisep

webclasseur.jpgL’application webclasseur, a été proposée comme support pour le livret expérimental de compétences prévu par la loi sur la formation tout au long de la vie du 24 novembre 2009. « Il s’agit d’un outil conçu par des acteurs de terrain, centré sur le parcours du jeune et qui organise son accompagnement par les différents acteurs », précise Frédérique Weixler, Chef de projet webclasseur à l’Onisep.
L’outil vise de multiples objectifs, en particulier assurer la continuité de la réflexion de l’élève tout au long de son parcours en capitalisant compétences acquises et expériences pour favoriser l’apprentissage de choix progressifs et positifs. Il implique et coordonne l’ensemble des acteurs et renforce le lien entre l’école et les différents partenaires, notamment les parents.
Le webclasseur permet d’outiller une démarche d’éducation à l’orientation : échange d’informations, mémorisation de productions, appui au travail collaboratif, visibilité… Il propose trois espaces dédiés chacun à une catégorie d’acteurs avec des fonctionnalités spécifiques :

 un espace pour les “professionnels” : enseignants, COP, CPE. Chaque équipe éducative peut disposer de son propre espace.

 un espace “élève” personnel (avec identifiant)

 un espace pour les“parents” d’une classe avec identification
L’Onisep a conclu des conventions avec 25 rectorats. D’autres ont été conclues avec l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), la Mission laïque française (ML) ou encore l’enseignement agricole. Une autre avec avec l’enseignement catholique est en cours de finalisation.
2170 établissements utilisent le webclasseur et 1 519 000 comptes ont été ouverts.

CitéJob de la Cité des métiers

citejob.jpgLa Cité des métiers de Paris a ouvert CitéJob, un site qui joue la complémentarité entre les services sur place et les services en ligne. « Il faut donner en ligne tout ce qui peut l’être (pour ceux qui sont loin, qui sont dans l’urgence…) et montrer l’intérêt de se rendre ensuite dans un lieu physique comme une cité des métiers pour rencontrer des conseillers et des personnes qui partagent les mêmes problèmes (dans des clubs, ateliers, forums) », estime Olivier Las Vergnas, directeur de la Cité des métiers de la Villette à Paris. Cette complémentarité suppose cependant une évolution de l’offre sur place avec plus d’écoute et d’échanges (parcours d’ateliers, clubs, permanences hors les murs, nocturnes) et par exemple aider le visiteur à découvrir et utiliser les outils en ligne (ateliers « trouver un emploi grâce à internet »).
« Un problème clef en 2011- 2012 est de savoir comment concilier l’idée dominante des applications sur les smartphones qui veut que chaque application réponde à un besoin précis avec le concept central de la Cité des métiers, à savoir être un agrégateur faisant converger des outils de réponse à des problèmes », analyse Olivier Las Vergnas. Il faut, indique-t-il, identifier les supports les plus adaptés à chaque type de demande, et aider les personnes à les identifier et les mobiliser au mieux dans leurs démarches.
Le Programme Internet Mobile citéJob est un portail avec une offre d’applications et de services d’intérêt public gratuits utilisables sur les téléphones mobiles connectés à l’Internet, labellisé Proxima Mobile. Il propose un programme dédié aux thèmes de la formation, de l’orientation, de l’emploi, de l’évolution professionnelle et de la création d’activité. Les différentes rubriques accessibles sont: Choisir son métier ; Guide des réseaux ; se préparer à l’entretien d’embauche ; recrut’ pour identifier les attentes d’un recruteur, Négo’pour s’entraîner à la négociation de salaire et Que faire après le bac ?
Pour Olivier Las Vergnas, trois problèmes subsistent : la qualité et les « dysfonctionnements » du système d’orientation ; l’accès pour les personnes les plus éloignées de l’apprentissage ; les coûts et les économies que l’on pourrait faire en matière d’information et de conseil.
En fait, considère le directeur de la Cité des métiers, il n’est pas du tout certain que l’on puisse résoudre ces trois familles de problèmes grâce aux TIC. En effet, ces problèmes ont chacun leur logique propre qui n’est pas liée aux TIC. Le système d’orientation se trouve à l’articulation entre formation et économie et l’essentiel des problèmes provient de la complexité de cette articulation. Par ailleurs, il y aura toujours des « personnes les plus éloignées de l’apprentissage » et on peut se demander si la question principale des TIC n’est pas plutôt celle de ne pas les exclure encore plus. Quant à la réduction des coûts et aux économies potentielles, là encore la question est peut-être posée également à l’envers. Si la priorité des TIC est de permettre de mieux gérer de futures pénuries de main d’œuvre, on risque d’oublier d’explorer les opportunités nouvelles qu’elles offrent.
« Indépendamment d’être considérées comme des moyens de résoudre en partie ou en totalité ces trois problèmes, les TIC constituent peut-être de vraies opportunités pour les systèmes d’orientation », conclut Olivier Las Vergnas.

Lorfolio de la région Lorraine

lorfolio.jpg« L’absence de mise en réseaux des acteurs de l’AIO obligeait les publics à répéter leur parcours d’un guichet à un autre, d’où l’idée de créer un outil numérique personnalisé, e-portfolio lorrain baptisé Lorfolio, permettant de capitaliser les expériences vécues, les formations suivies et les compétences développées », explique Emmanuel Journot, Chef de projet à Inffolor Carif Lorraine. L’élaboration de Lorfolio a mobilisé un grand nombre d’institutions et de professionnels et il est désormais inscrit dans la charte régionale des acteurs de l’AIO.
Lorfolio est un ensemble de services numériques accessibles en ligne de manière sécurisée qui permet notamment de capitaliser les éléments de son parcours (formations, diplômes, expériences), de réfléchir à des projets et de bâtir des plans d’action (articulation avec le portail lorrain d’information sur la formation et l’orientation tout au long de la vie. L’utilisateur peut archiver et classer ses documents, communiquer tout ou partie des informations ou réaliser des CV (notamment au format Europass).
L’expérimentation a permis de dégager plusieurs résultats. Lorfolio est un outil de valorisation de soi : on part des réalisations positives plutôt que des manques. Il facilite la lisibilité et l’appropriation de ses compétences et peut faciliter l’engagement dans une démarche projet. Enfin, il permet une co-construction et un co-pilotage du parcours entre le(s) professionnel(s) et le bénéficiaire. Des améliorations sont attendues, notamment sur la guidance, les formats de CV et la rubrique Projets. On constate que l’appropriation est facilitée quand l’expérimentation s’est inscrite dans un projet global de l’organisme et en articulation avec des dispositifs existants.
La réalisation d’une boîte à outils pour faciliter les usages, ceux des utilisateurs et ceux des professionnels, est prévue. Egalement programmées des actions de professionnalisation des acteurs, avec en particulier des ateliers d’analyse de pratiques.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters