Starbucks Coffee France met l’accent sur l’évolution professionnelle de ses salariés

Par - Le 28 juin 2011.

Que ce soit dans le cadre d’un contrat en alternance ou d’un contrat à durée indéterminée, chaque collaborateur de l’entreprise bénéficie d’un programme de formation adapté favorisant son évolution professionnelle.

Starbucks Coffee, leader mondial de la vente au détail et de la torréfaction de café, emploie 1 000 personnes en France, de 58 nationalités différentes. Les collaborateurs, appelés ici les “partenaires”, exercent dans 56 salons de café à Paris et région parisienne, 3 en région lyonnaise et 1 à Marseille. Dès sa création, l’entreprise a considéré comme essentiel l’intégration de nouveaux collaborateurs sur la base de contrats à durée indéterminée, afin de leur assurer une réelle visibilité sur le plan de leur avenir professionnel et de renforcer leur engagement. Starbucks Coffee France a également opté pour le recrutement de jeunes en alternance. “Les profils de candidats que nous recherchons n’ont pas de formation initiale particulière. Nous nous tournons plutôt vers des personnes passionnées par le café, la marque et le sens du service”, explique Anne Ringuenet, DRH de Starbucks France. Ensuite, Starbucks forme les nouvelles recrues.

Un barista (serveur), par exemple, suit un programme de deux semaines, durant lesquelles il va s’imprégner des valeurs du groupe. Des valeurs qui vont jusqu’à la sensibilisation aux vertus du développement durable. Et pour cause : les salons de café Starbucks ne servent que des espressos, capuccinos et autres mochas 100 % labellisés “commerce équitable”. La candidature pour un poste de barista ne requiert pas de niveau d’études particulier et la promotion interne est un élément clé de la politique RH de Starbucks.
70 % des “partenaires” travaillent à temps plein. Toutefois, l’entreprise offre également des postes à temps partiel, dont bénéficient notamment les étudiants qui travaillent dans les salons de café. Il s’agit de temps partiel choisi et le nombre d’heures peut varier de 20 à 34.

starbucks_cup_p2.pngChaque “partenaire” bénéficie donc dès son recrutement d’un programme de formation adapté à chaque étape clé de son évolution professionnelle : formation initiale de deux semaines pour tout nouveau barista, formation continue à l’art du café, désignation de tuteurs en salon de café pour chaque fonction (manager, superviseur ou chef d’équipe, et barista). En 2010, 60 000 heures de formation ont été délivrées pour 984 partenaires dans le cadre de formations d’adaptation au poste de travail et d’évolution dans l’emploi, et 320 partenaires dans le cadre de formation en vue du développement de leurs compétences. Pour cette même année, 63 % des personnes formées sont de niveau employés, 28 % agents de maîtrise, et 9 % cadres.

Courant 2011, une dizaine de nouvelles ouvertures de salons de café et quelques licences dans les gares et les aéroports sont prévues à travers la France.

[(

Entretien avec Anne Ringuenet, DRH de Starbucks Coffee France

Centre Inffo – Qu’est-ce qui caractérise le cursus de formation par alternance destiné aux jeunes ?

Anne Ringuenet – Nous recrutons chaque année 25 jeunes en alternance, dans le cadre d’un contrat de professionnalisation en CDD de vingt-quatre mois, soit deux classes de BTS MUC (Management des unités commerciales) en alternance par an. Nous travaillons depuis trois ans avec une seule école, le groupe IGS, pour un meilleur suivi des stagiaires et de leur progression. Nous avons en effet instauré une relation privilégiée avec ce groupe, car il est plus facile, en matière d’organisation opérationnelle, d’avoir un seul interlocuteur. Le recrutement des jeunes, qui doivent avoir le bac, est confié à l’école, mais la présentation de l’entreprise est effectuée par notre équipe RH. Et chaque responsable de boutique reçoit individuellement le potentiel salarié en BTS MUC pour valider le recrutement du partenaire qui va rejoindre son équipe pour deux ans. Les équipes RH réalisent d’ailleurs le suivi administratif des jeunes en relation avec l’école, tout en les mettant en condition de réussite.

Leur intégration ne débute pas au centre de formation IGS, mais chez nous, pendant un mois. Ce mois d’intégration est consacré à l’apprentissage professionnel, soit deux semaines de formation pratique au métier de barista avec un tuteur (comme tous nouveaux salariés du réseau) puis autant d’activité professionnelle au sein d’un point de vente, de manière quasi-autonome, afin de se familiariser avec les attentes au poste, avant de commencer les cours de BTS. Le tuteur référent est bien sûr présent pour répondre à d’éventuelles questions pratiques de la part du stagiaire.

À l’issue de leur contrat de professionnalisation, certains jeunes décident de poursuivre leurs études, d’autres nous quittent ou décident de poursuivre leur parcours professionnel avec nous. En 2010, plus d’un tiers des jeunes qui avaient terminé leur cursus ont poursuivi avec nous. Six ont été promus “superviseur” (chef d’équipe opérationnel dans les boutiques) lors des derniers mois de leur BTS MUC.

En ce moment, les équipes RH et les managers procèdent au recrutement de jeunes pour la rentrée prochaine. Certains de nos salariés en CDI demandent à suivre cette formation, validée par un diplôme, dans le cadre d’une période de professionnalisation.

Centre Inffo – Quelles sont les orientations données aux formations pratiques pendant les deux années de BTS ?

Anne Ringuenet – Les cours théoriques sont orientés vers l’obtention du BTS MUC, car ils doivent constituer une ouverture vers l’extérieur pour les stagiaires qui le souhaitent. Cependant, nous avons deux à trois modules de formation qui s’intègrent dans la théorie. La formation pratique de barista, qui est réalisée pendant la première année, est complète, car tous nos postes sont des postes polyvalents. Elle comporte diverses activités : préparation des boissons (recettes à retenir et à appliquer, mise en place, etc.), formation à l’hygiène, préparation et présentation des aliments, travail à la caisse (procédures spécifiques, etc.).

Pendant leur deuxième année d’alternance, les stagiaires sont formés à la fonction de superviseur à partir du moment où ils répondent à nos critères du point de vue des compétences.

L’organisation type de nos boutiques est la suivante : un manager, trois superviseurs et douze baristas. En trois à cinq ans, un barista peut devenir manager. Dans le cas où un stagiaire n’a pas obtenu son BTS MUC à l’issue du cursus de vingt-quatre mois, cela ne nous empêche pas de l’embaucher. En outre, si un jeune en possession de son BTS n’est pas performant en opérations au sein de nos boutiques, il ne sera pas promu. Il faut savoir que 80 % de nos postes de superviseurs sont issus de la promotion interne. D’intéressantes possibilités d’avancement, dans la mesure des postes disponibles, s’offrent aux partenaires dont les prestations donnent entière satisfaction. Nous consacrons près de 9 % de la masse salariale à la formation.
)]

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters