Pour 2014-2020, ce sera “Erasmus pour tous” dans l’enseignement supérieur et la formation professionnelle

Par - Le 17 juin 2013.

Officiellement, le programme “Erasmus” prend fin en décembre prochain. Pour la période 2014-2020, il fait peau neuve. Dénommé “Erasmus pour tous”, le prochain programme entend « être plus ambitieux, plus simple, plus innovant et plus ouvert, d’un point de vue géographique et partenarial », a indiqué Sandrine Dickel, directrice du département Développement à l’Agence Europe-Education-Formation France (2E2F), lors d’une journée d’information organisée jeudi 13 juin 2013 au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

drapeau_europe_article-8.jpg

Il regroupe les programmes existants [ 1 ]Le programme Education et formation tout au long de la vie (EFTLV) avec ses composantes telles que Erasmus, Grundtvig, Leonardo, Comenius ; les programmes internationaux pour l’enseignement supérieur (Erasmus Mundus, Tempus, Alfa, Edulink) et les programmes bilatéraux, ainsi que les programmes Jeunesse en action. en un programme intégré (Mobilité d’apprentissage, projets de coopération, et soutien aux politiques publiques). « Il s’agit [donc] de simplifier ces dispositifs afin de faire bénéficier Erasmus aux autres publics  », a précisé Antoine Godbert, directeur de l’agence nationale chargée, en France, du pilotage des programmes de mobilité européenne des étudiants, des stagiaires et des enseignants. “Erasmus pour tous” vise à « offrir aux établissements d’enseignement supérieur de multiples possibilités en matière de coopération et de partenariat avec une ouverture marquée vers l’international, le monde de l’entreprise, ou encore les autres secteurs de l’éducation et de la formation tout au long de la vie ».

Les acteurs européens de la mobilité entendent donc par cette nouvelle programmation « encourager davantage la participation de toutes les formes d’organisations actives dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle et de la jeunesse ». Plus ouverte sur le reste du monde, elle offre aux établissements de formation supérieure la possibilité d’associer des partenaires de pays non membres de l’Union européenne à la construction des projets de mobilité et de partenariat stratégique, notamment les échanges de pratiques pour améliorer l’enseignement, la collaboration trans-sectorielle entre les secteurs de l’éducation formelle, informelle et de la formation, ainsi que la collaboration entre établissements de l’enseignement supérieur et les collectivités locales en vue de la promotion du développement local dans une perspective internationale. Il s’agit, tout simplement, a expliqué le directeur de l’agence 2E2F, d’impliquer davantage les acteurs de l’enseignement supérieur, pour qu’ils puissent porter, avec les collectivités et les entreprises, des projets qui aillent au-delà des mobilités, c’est-à-dire jusqu’à l’insertion professionnelle des bénéficiaires.

Utiliser plus les dispositifs de mobilité

Même si, en 2011-2012, les mobilités d’études ont progressé de 0,52 % et celles de stage de plus de 20 %, même si l’agence prévoit des “remontées” pour 2012-2013 et 2013-2014, les acteurs français reconnaissent la sous-utilisation des programmes européens de mobilité. « Nous n’utilisons pas assez les dispositifs de mobilité à notre disposition. Il nous faut donc, dans le cadre du nouveau programme, inciter les établissements de formation supérieur à recourir davantage à ces dispositifs », a indiqué Gilles Schildknecht, directeur délégué chargé des partenariats au Cnam. Selon lui, la sous-utilisation de ces dispositifs peut s’expliquer notamment par leur méconnaissance, leur complexité et leur lisibilité. L’établissement public de formation supérieure entend donc continuer à jouer un rôle dans l’accompagnement à l’utilisation des programmes de mobilité.

Justement, Antoine Godbert a annoncé le lancement à partir du 1er juillet 2013 d’une campagne afin de promouvoir le nouveau programme encore en négociation avec le Parlement européen. Dans ce cadre, 2E2F prévoit un « grand rendez-vous d’information » à Nantes en novembre prochain. L’agence a également anticipé la mise en place d’Erasmus pour tous. « Nous avons organisé des ateliers sur la nouvelle charte, afin de répondre aux attentes des établissements qui souhaitent savoir comment s’adapter », a précisé Sandrine Dickel. “Erasmus pour tous” pourrait être doté d’un budget de 19 milliards d’euros pour cinq millions de personnes en mobilité, a-t-elle annoncé.

Notes   [ + ]

1. Le programme Education et formation tout au long de la vie (EFTLV) avec ses composantes telles que Erasmus, Grundtvig, Leonardo, Comenius ; les programmes internationaux pour l’enseignement supérieur (Erasmus Mundus, Tempus, Alfa, Edulink) et les programmes bilatéraux, ainsi que les programmes Jeunesse en action.

Centre Inffo vous conseille également

Afnor