La mobilité longue des apprentis en Europe doit devenir un droit et non une exception (Lancement du Projet de mobilité longue des apprentis en Europe)

« Les taux de chômage des jeunes en Europe sont dramatiques. Dans certains pays, un jeune sur quatre en moyenne, voire un jeune sur deux sont au chômage. Le chômage des jeunes détruit le fondement de nos sociétés », a déploré Martin Schulz, président du Parlement européen, à l’occasion du lancement officiel du projet de mobilité longue des apprentis en Europe, mercredi 21 septembre 2016 au Parlement européen à Bruxelles (voir notre article).

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 23 septembre 2016.

Selon lui, ce projet, qu’il soutient « par conviction », est « un symbole pour la justice sociale, qui prouve que la liberté de circuler en Europe est ouverte à tout le monde ». Ce programme, dont la phase expérimentale implique 33 centres de formation de 12 pays, permet aux jeunes de partir, dans le cadre de leur contrat d’apprentissage, sur une période de 6 à 12 mois, dans un autre pays. Les promoteurs du projet sont unanimes sur la nécessité de combiner l’apprentissage et la mobilité pour favoriser l’intégration des jeunes sur le marché de l’emploi. « Nous savons…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également