Formation et apprentissage : un avant projet de loi pour « gagner la bataille des compétences »

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a présenté vendredi 6 avril, l’avant projet de loi «~pour la liberté de choisir son avenir professionnel~». Il vise à offrir de «~nouveaux droits concrets~» aux actifs et va conduire, d’ici à 2021, à une transformation du paysage de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Sur plusieurs points, liés au financement et à la gouvernance notamment, des arbitrages restent à faire.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 09 avril 2018.

«~Apporter des droits concrets~», qui permettent de «~choisir son avenir plutôt que de le subir~»~: voici les principes de l'avant projet de loi présenté par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, ce vendredi 6 avril. Ces nouveaux droits se concrétisent par une rénovation des dispositifs existants et par une refonte du pilotage de la formation professionnelle et de l’apprentissage selon les grands axes présentés en février et mars 2018. Des droits plus justes Pour donner «~plus de liberté aux actifs~», le compte personnel de formation (CPF) sera, à partir de 2019, alimenté en euros et non plus en heures. Doté…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également

Publicité
Keytoform