« Aider les jeunes à décider de leur avenir » (Semaine nationale des missions locales)

La quatrième édition de la Semaine nationale des missions locales se déroulera du 14 au 22 mars, sur le thème « Avec ma mission locale, je décide de mon avenir ». L’objectif de la manifestation ? « Mieux nous faire connaître auprès des jeunes, bien entendu, mais aussi des partenaires emploi et insertion, et particulièrement des acteurs qui œuvrent au plus près des territoires », indique Jean-Patrick Gille, président de l’UNML (Union nationale des missions locales) à l’occasion d’une rencontre avec la presse mardi 12 mars 2019, à Paris.

Par - Le 13 mars 2019.

Il fait ainsi valoir que les missions locales, « service public de proximité », accueillent et accompagnent chaque année environ 1,3 million de jeunes de 16 à 25 ans vers l’autonomie et l’emploi. Au programme de cette semaine : 700 événements qui seront organisés sur tout le territoire par les différentes missions locales (lire notre article sur le Grand débat en Touraine)

6 900 lieux d’accueil

Pour cette occasion, l’UNML a réalisé – comme l’année dernière – un baromètre de satisfaction auprès des jeunes ayant été accompagnés. Au 1er mars, ils sont 20 000 volontaires résidant dans l’ensemble des territoires métropolitains ou ultramarins a avoir répondu à l’enquête. « Selon ce baromètre, ils sont 9 sur 10 à être satisfaits ou très satisfaits de leur relation avec leur conseiller », se réjouit Serge Kroichvili, délégué général de l’Union, précisant qu’en moyenne, chaque jeune a rencontré son conseiller 5 fois au cours de l’année. « À l’heure où le Défenseur des droits, Jacques Toubon, met en avant la difficulté d’accès croissante aux services publics pour une grande partie de la population, de notre côté, nous continuons d’accueillir les 16-25 ans dans 6 900 lieux répartis dans toute la France  », poursuit le délégué général.

Conseiller la mission locale à leurs amis

Cet ancrage local et la qualité de service sont, selon les représentants de l’Union, les clés de la fidélisation des jeunes, qui, pour 95 % d’entre eux, se disent satisfaits de l’accueil qui leur est réservé dans les structures. Ainsi, plus de 8 répondants sur 10 se disent prêts à conseiller la mission locale à leurs amis. « Le bouche-à-oreille est déterminant pour faire venir les jeunes », affirme la sénatrice (Seine-Maritime, LR) Agnès Canayer, vice-présidente de l’UNML.

« Trouver son orientation », « Découvrir un ou plusieurs métiers » et « obtenir une aide pour sa vie quotidienne – démarches administratives, transports, permis, santé, logement… ». Tels sont, d’après les jeunes, les missions sur lesquelles l’aide de la mission locale se révèle la plus efficace. Par ailleurs, dans un contexte d’investissement national de l’État et des Régions dans le développement et l’adaptation des compétences – par le biais du Pic [ 1 ]Plan d’investissement dans les compétences – le baromètre 2019 interroge les jeunes sur l’accompagnement qu’ils reçoivent pour la formation. Il révèle que la principale motivation pour se former est « accéder à un métier » (89 %), suivi de « percevoir une rémunération » (71 %). « La question de la ressource reste donc importante », affirme Serge Kroichvili.

Notes   [ + ]

1. Plan d’investissement dans les compétences

Centre Inffo vous conseille également