« L’Afest, un coaching 100 % opérationnel » (Anne Latty, BPCE, 16è Rencontres nationales du Fffod)

Lors d’une table ronde tenue dans le cadre des 16è rencontres nationales du Forum des acteurs de la formation digitale à Dijon les 9 et 10 octobre sur le thème « L’Afest un atout pour la formation à distance et la multimodalité », les entreprises ont partagé leurs expériences.

Par - Le 11 octobre 2019.

« L’Afest [ 1 ]Action de formation en situation de travail est ressenti par nos collaborateurs comme un coaching 100 % opérationnel qui va leur permettre de gagner en compétences », déclare Anne Latty, responsable projet DRH du groupe BPCE lors d’une table ronde tenue dans le cadre des 16è rencontres nationales du Fffod [ 2 ]Forum des acteurs de la formation digitale, à Dijon les 9 et 10 octobre.

Une vraie personnalisation

Dans l’optique d’un large recours à l’Afest dans le groupe bancaire à partir de 2020, 200 collaborateurs remplissant des fonctions commerciales sont interrogés, et invités à faire leur retour quant à cette modalité pédagogique. « Le premier élément positif qui ressort, c’est que cela permet une vraie personnalisation de la formation. Ils apprécient également la possibilité d’apprendre en situation réelle », indique Anne Latty.

Fabienne Petit, directrice de l’organisme de formation Irfa BFC, considère que l’Afest permet de faire « un pas de côté » pour rendre « une situation de travail apprenante ». Pour elle, la démarche doit procéder d’un « vrai projet d’entreprise » et « peut se combiner avec la FOAD » Si l’OF pratique depuis longtemps la mise en situation professionnelle comme modalité pédagogique – notamment dans le cas de placements en alternance – elle a fait le choix, afin d’accompagner l’évolution de son offre, d’expérimenter l’Afest en interne, auprès de ses formateurs. « La particularité de leur travail, c’est qu’une large partie se déroule dans l’ombre : préparation de cours, recherches… Or, l’idée même de l’Afest c’est de travailler sur ces aspects », pointe -t-elle.

Formats pédagogiques adaptés

Ourida Lebbal, directrice Bourgogne-Franche-Comté d’Opcalia-Essfimo [ 3 ]Devenu Akto, lire notre article indique qu’à partir de la promulgation de la loi avenir professionnel, son Opco [ 4 ]Opérateur de compétences « a souhaité être dans une logique d’information, être proactive pour encourager les TPME à utiliser ces nouvelles possibilités ». « Notre rôle c’est d’aider à la mise en place des Afest pour celles qui sont intéressées, et de leur rappeler le cadre juridique », dit-elle. Un projet a notamment été mené avec des scieries pour laquelle l’Afest a permis de former leurs personnels « car elles ne trouvaient pas de formations adaptées à leurs spécificités proches de chez elles ».

L’avocate Sabrina Dougados (cabinet Fromont-Briens), note que « la reconnaissance légale des formations multimodales est une opportunité pour les acteurs de développer des formats pédagogiques adaptés aux résultats recherchés, à savoir la compétence et la sécurisation professionnelle ». Elle soulève cependantt des points de vigilance. Par exemple, elle souligne que si les textes réglementaires concernant l’Afest sont « assez souples », la mise en œuvre de cette modalité doit néanmoins répondre à certains critères. Les acteurs qui seraient tentés de les contourner risquent ainsi des redressements en cas de contrôle.

Notes   [ + ]

1. Action de formation en situation de travail
2. Forum des acteurs de la formation digitale
3. Devenu Akto, lire notre article
4. Opérateur de compétences

Centre Inffo vous conseille également