Le Sénat plaide pour une intelligence artificielle européenne

Rédigé par . Publié le 18 février 2019. Mis à jour le 18 mars 2019.

Le groupe de travail « Intelligence artificielle » du Sénat vient de rendre un rapport favorable à l’émergence d’une « ambition européenne ». Il s’inscrit dans la lignée du plan AI for Humanity L’intelligence artificielle au service de l’humain, adopté en 2018 dans la foulée du rapport Villani (voir notre article).

Baptisé « Intelligence artificielle : l’urgence d’une ambition européenne », le rapport du Sénat consacre sa première partie à poser les enjeux d’une technologie appelée à fonder la quatrième révolution industrielle. Dans sa deuxième partie, le rapport appelle à « développer une intelligence artificielle en tous points européenne ».

IA européenne

Rappelant que la Commission européenne a présenté le 7 décembre 2018 un plan coordonné dans le domaine de l’intelligence artificielle, les sénateurs soulignent l’urgence d’une action d’envergure destinée à répondre à la mobilisation massive de financements en Chine et aux États-Unis. Présentée comme la « principale colonie du monde numérique », L’Europe doit mieux exploiter les données dont elle dispose, aujourd’hui principalement à la main des Gafam[ 1 ]Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.. Il s’agit aussi d’améliorer la coopération entre entreprises et laboratoires de recherche afin de promouvoir le déploiement d’un « réseau de centres d’excellence de classe mondiale en matière d’IA ».

Effort de formation

En matière de formation, le rapport relève que la Commission européenne a appelé les États membres à agir devant le manque de cursus spécialisés en IA. Plus de 600 000 postes d’experts en numérique seraient vacants dans l’Union européenne. Si la France dispose d’une élite particulièrement bien formée, elle doit, d’une part, réduire les expatriations de chercheurs en facilitant le développement d’un écosystème public/privé et, d’autre part, ne pas négliger la formation d’étudiants « hors élite » pour accroître son vivier d’ingénieurs et d’informaticiens spécialisés. Dans la lignée des préoccupations sociétales du rapport Villani, les sénateurs soulignent également que la Commission prône la formation tout au long de la vie ainsi que les études sur la transformation du travail et des organisations pour mieux préparer les entreprises. Avec le Brexit, la France se retrouve en première ligne et doit assumer son rôle de leader en matière d’IA, devant l’Allemagne.

Résolution européenne

Enfin, le Sénat propose en annexe de son rapport une proposition de résolution européenne pour un développement coordonné d’une IA européenne. Tout en validant le plan IA de la Commission, les sénateurs appellent notamment au développement d’une véritable politique industrielle en Europe et soulignent que l’effort de formation au numérique et à l’IA doit être augmenté et généralisé.

  • Intelligence artificielle : l’urgence d’une ambition européenne – Rapport d’information de MM. André Gattolin, Claude Kern, Cyril Pellevat, Pierre Ouzoulias, fait au nom de la commission des affaires européennes du Sénat, pp., 2019 : format PDF – 678 ko

Notes   [ + ]

1. Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Centre Inffo vous conseille également