L’école des Chantiers de l’Atlantique formera en alternance dès septembre 2019

L’entreprise de construction navale basée à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) a annoncé l’ouverture à l’automne 2019 d’une école interne. Située sur le site du chantier naval, elle formera en alternance aux métiers de charpentier métal, soudeur et tuyauteur.

Par - Le 29 mars 2019.

Une dizaine de stagiaires seront accueillis lors de la première rentrée, d’abord sur le métier de charpentier métal, avec l’objectif de former une cinquantaine de personnes par an à l’horizon 2022.

Recruter sur des métiers ouvriers en tension

« Plusieurs raisons motivent l’ouverture de cette école : nous rencontrons aujourd’hui des difficultés de recrutement, nous ne trouvons pas toujours de formation bien adaptée pour certains de nos métiers et nous souhaitons pouvoir nous ouvrir à des publics plus larges tels des personnes en reconversion d’études ou de métier », a expliqué le directeur général des chantiers de l’Atlantique Laurent Castaing à l’occasion d’un point presse organisé le 21 mars à Saint-Nazaire. La création de l’école, qui représente un investissement d’un million d’euros pour le constructeur naval, ne vise néanmoins pas à combler l’ensemble de ses besoins en recrutement. « Cela vient en complément de nos autres dispositifs. Il faut considérer aussi que ce type d’action contribue à améliorer notre image de marque et celle de nos métiers », a présenté Béatrice Gouriou, directrice des ressources humaines de l’entreprise.

Blocs de compétences

Les stagiaires de l’école des Chantiers de l’Atlantique seront accueillis dans le cadre de contrats de professionnalisation. La formation, d’une durée d’un an avec 400 à 500 heures de formation en centre, débouchera sur un certificat de qualification paritaire de la métallurgie (CQPM). Des experts internes seront notamment mobilisés et formés pour délivrer les enseignements. « Nous sommes actuellement en phase d’ingénierie pédagogique, en partenariat avec l’Afpa », a indiqué Tony Filleau, responsable formation du constructeur naval, qui sera en charge de l’école. Un travail qui porte notamment sur la conception de parcours organisés sur la base de blocs de compétences répondant aux besoins de l’entreprise.

Essaimage

« Les blocs de compétences seront autoportants : nous souhaitons pouvoir les sortir de la certification pour pouvoir également en faire profiter nos salariés là où ils en auront besoin », a expliqué Tony Filleau. Les Chantiers de l’Atlantique espèrent également pouvoir à terme labelliser les formations délivrées dans leur école et permettre à d’autres organismes de formation de s’en emparer. « Nous avons cette idée d’essaimer : plus de personnes seront formées à nos métiers et plus cela nous servira. Le projet s’inscrit dans une démarche de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) territoriale », a expliqué Tony Filleau.

Centre Inffo vous conseille également

Découvrez nos newsletters