Occitanie : un partenariat pour la formation dans le secteur de l’emploi à domicile

La région Occitanie, les branches professionnelles des salariés et des assistants maternels du particulier employeur ainsi qu’Iperia, plateforme de professionnalisation de l’emploi à domicile, ont signé le 25 novembre à Toulouse, un partenariat sur l’emploi et la formation pour deux ans prévoyant notamment la valorisation des métiers par la formation professionnelle.

Par - Le 28 novembre 2019.

« Ce partenariat, c’est une région qui s’engage à nos côtés à la fois pour professionnaliser les salariés du secteur, mais aussi pour financer les formations des demandeurs d’emploi, nos futurs salariés, se réjouit Marielle Brouard, présidente de la branche professionnelle des salariés du particulier employeur. Cette reconnaissance des pouvoirs publics démontre que nous proposons des vrais métiers qui peuvent apporter des réponses sur les territoires. »

En Occitanie, les branches professionnelles des salariés et des assistants maternels du particulier employeur emploient 121 000 personnes (troisième région pour ce type d’emplois), majoritairement des femmes avec une sous-représentation des moins de 30 ans. Et, selon Nadège Turco, directrice du pôle développement d’Ipéria, « 99 000 emplois seront à pourvoir d’ici 2030 à cause des départs en retraite et des créations d’emploi sur la partie dépendance ».

Difficultés de recrutement

Or, ces métiers sont déjà en tension, avec des difficultés à recruter plus importantes qu’ailleurs. D’où l’enjeu de ce partenariat dont un élément fort est la promotion et la valorisation du secteur et de ses métiers. « Nous devons, ensemble, arriver à expliquer vos métiers et l’amélioration de leurs conditions d’exercice pour que les jeunes, leurs familles, et les moins jeunes en réorientation puissent avoir la vision réelle des perspectives de recrutement et de carrière », a insisté Emmanuelle Gazel, vice-présidente de la région Occitanie en charge de l’emploi et la formation professionnelle.

58 h de formation annuelles

L’autre enjeu du partenariat est le développement de la professionnalisation des salariés, présents et futurs, alors que les trois titres du secteur, de niveau 3 [ 1 ]Selon le cadre européen (CAP, BEP), sont récents. En Occitanie depuis 2009, 2 900 titres ont été délivrés, dont 221 en 2018, et 1 255 blocs de compétences. « Trop peu de gens sont formés dans notre branche, alors que les personnes certifiées s’intègrent mieux dans l’emploi et y restent », reconnaît Marielle Brouard. Or un salarié du secteur a droit à 58h de formation par an dès la première heure travaillée, ce qui correspond au volume horaire d’un bloc de compétences, composante du titre. « L’objectif est d’engager davantage les salariés vers la reconnaissance de leurs compétences  , souligne Baptiste Lenfant, directeur général d’Ipéria.

Lutter contre l’activité partielle

Enfin, le dernier volet du partenariat porte sur la réalisation d’un diagnostic emploi-formation relatif aux aires de mobilité inter-sectorielles, dans le cadre du Plan d’investissement dans les compétences. « Nous recherchons des pistes innovantes de lutte contre l’activité partielle avec des passerelles entre secteurs et l’identification de secteurs où trouver une transversalité possible des compétences », explique Véronique Delaitre, vice-présidente de la branche des salariés du particulier employeur. Ce contrat d’études prospectives, dont c’est la quatrième déclinaison en région, portera particulièrement sur l’animation et l’hôtellerie-restauration et se terminera au deuxième trimestre 2020.

 

Notes   [ + ]

1. Selon le cadre européen (CAP, BEP)

Centre Inffo vous conseille également