Marc-Antoine Estrade (France compétences) souligne le rôle majeur d’appui aux acteurs régionaux joué par les Oref et les Carif

Grand témoin des rencontres du réseau des Carif-Oref et du Céreq (Lyon, 22 novembre), Marc-Antoine Estrade, directeur de l’observation et de l’évaluation à France compétences, est intervenu sur le thème de l’évolution de l’observation dans les branches et les territoires. L’occasion de s’attarder sur les enjeux d’une commande politique qui répond à une demande sociale.

Article réservé à nos abonnés.

Par - Le 29 novembre 2019.

«~Il n'y a pas d'observation ex nihilo~», souligne d'emblée Marc-Antoine Estrade. S'inscrivant dans la perspective historique des observatoires régionaux emploi-formation (Oref) et des observatoires de branche, le directeur de l'observation et de l'évaluation à France compétences décrit une démarche issue d'une «~demande sociale~», toujours objet de négociations et jamais déconnectée de la commande politique. Pour y répondre, on trouve d'un côté les Oref, créés en 1988 par accord entre l’État et les conseils régionaux dans le sillage de la décentralisation de la formation, de l'autre les observatoires de branche, apparus dans les années 90 et généralisé par l'accord national interprofessionnel…

— La suite est réservée aux abonnés —

Centre Inffo vous conseille également