« Le rôle des Opco dans l’après-confinement sera déterminant » (Cyril Parlant, Fidal)

Quel rôle pour les Opco durant et après le confinement ? Jean-Pierre Delfino, directeur d’Opco Santé et Jean-Nicolas Dez, directeur réseau d’Akto, ont répondu à cette question posée par Cyril Parlant, du cabinet Fidal, lors d’un webinaire co-organisé avec le Garf (Groupement des acteurs et responsables formation) le 13 mai. Il a été suivi par 55 responsables formation.

Par - Le 19 mai 2020.

Accompagnement des entreprises, gestion FNE (Fonds national de l’emploi) formation, nouvelles relations avec les prestataires de formation : OpcoSanté et Akto pointent les défis des Opco dans l’après-confinement.

« Le secteur santé a été en première ligne, dans la tourmente et les établissements en surcharge d’activité », reconnaît Jean-Pierre Delfino. Et l’Opco Santé, (construit sur le socle technique de l’ex-Unifaf : sanitaire, social, medico-social de champ privé) a enregistré une « très forte baisse de la demande de formation présentielle depuis avril ». Mais, dès le confinement, les entreprises ont émis des demandes de formations en ligne : gestion d’urgence, socle de compétences, protocole sécurité sanitaire, techniques d’intubation…

Deux solutions ont été installées. D’une part, un Mooc (cours en ligne ouvert et massif) sur toutes les solutions disponibles sur le Net sur ces questions, ouvert gratuitement à tous dès le 4 avril, pour les bénévoles, la réserve sociale. D’autre part, une plateforme e-learning Moodle LMS (learning management system) factory de contenus payants pour les adhérents d’Opco Santé. Par ailleurs, 700 000 euros de fonds conventionnels ont été fléchés vers des parcours professionnels.

Effet de sidération

A l’inverse, chez les adhérents d’Akto (rapprochement de FafTT, Opcalia, Intergros, Fafih, délégation propreté de l’Opca TS), panne d’activité et chômage partiel ont été fréquents. Certains secteurs vivent un « effet de sidération », note Jean-Nicolas Dez, et sont concentrés sur la reprise. Notamment dans l’hôtellerie-restauration avec des demandes de formations en langue, hygiène et protocoles de sécurité sanitaire, et relation clientèle.

Akto prépare un plan de rebond global pour ses 27 branches, fondé notamment sur ses plans d’action territoriaux lancés en janvier : alternance, GPEC, POEC… Ce plan devrait être présenté en conseil d’administration le 11 juin.

Sur le FNE-Formation, les deux Opco ont conventionné avec les Direccte : 20 millions pour Akto, 2 pour Opco Santé. « 2 millions sont déjà engagés et cela va vite. Surtout des actions courtes, sécurité, hygiène, langues..., précise Jean-Nicolas Dez. Des webinaires spécifiques pour prestataires de formation et pour les entreprises sont organisés sur le sujet dans chaque région. » Opco Santé note encore peu de recours, sauf pour le thermalisme, très impacté.

Opco agiles

« Ces exemples montrent l’agilité et l’adaptation des Opco, et ils sont en première ligne du rebond », analyse Cyril Parlant. Les deux directeurs reconnaissent des chantiers à venir forts : simplification administrative et du contrôle pédagogique avec les prestataires de formation, rentrée alternance à ne pas rater, retour en force de l’ingénierie pédagogique (évolution des référentiels de certification, accompagnement GPEC, montée du distanciel dans le blended learning…).

Le webinaire en relecture.      

Centre Inffo vous conseille également