Outre-mer : les pactes régionaux d’investissement dans les compétences au service de l’innovation (UHFP 2020)

Troisième et dernier volet de notre série d’articles consacrés aux rencontres formation compétences outre-mer, qui se sont déroulées le 28 janvier à Biarritz, dans le cadre de l’Université d’hiver de la formation professionnelle.

Par - Le 18 février 2020.

Au nom de l’État, la Délégation générale de l’emploi et de la formation professionnelle a lancé les débats d’un atelier portant sur la mise en œuvre des pactes régionaux d’investissement dans les compétences (Pric) en outre-mer. “Il y a autant de territoires ultra marins que de situations à gérer, parfois à challenger. Nous sommes en même temps avec l’ensemble des acteurs. Il s’agit de reconnaître la légitimité de chacun à exercer les compétences qui sont les siennes. Etant entendu que les collectivités ne partent pas toutes du même point. Fixée au moment de la mise en route du Plan, cette stratégie commune est dûment financée”, a relevé Bruno Clément-Ziza, directeur de projet du plan d’investissement dans les compétences au sein de la DGEFP.

Remonter une partie des difficultés de ces territoires

Et de rappeler l’effort particulier du gouvernement en direction des territoires d’outre-mer. “Les habitants de ces collectivités représentent 3,5% de la population nationale, et l’État est prêt à mobiliser 8% du budget total affecté aux Pric. L’enjeu est de remonter une partie des difficultés dans ces territoires, et de toucher les publics les plus éloignés de l’emploi. Il nous reste trois ans pour réussir, après une première année de mise en œuvre”, a mis en exergue Bruno Clément-Ziza.

Invités à présenter les innovations portées par leurs territoires, élus et fonctionnaires ont égrené quelques projets emblématiques des financements permis par le plan d’investissement dans les compétences.

En Martinique, accompagnement à la transformation des CFA

En Martinique, l’État et la collectivité accompagnent la transformation des centres de formation d’apprentissage, dans le droit fil de la loi du 5 septembre 2018. “Les directeurs de CFA ne connaissent pas forcément les textes législatifs, il convient donc de les informer. A cet effet, un conseil de perfectionnement sera prochainement installé. Nous accompagnons ainsi trois nouveaux CFA, en cours de reconnaissance”, a affirmé Myriam Saingré, directrice du Carif-Oref Agefma.

La Réunion mise sur la mobilité vers la métropole et l’étranger

Partant du constat qu’il était illusoire de former les Réunionnais pour qu’ils restent travailler sur leur île, la collectivité mise sur la mobilité vers la métropole et l’étranger. D’où la convention avec la compagnie aérienne Volotea. Laquelle porte sur le volet formation du personnel navigant. Ce partenariat prévoit le recrutement de 40 stagiaires en CDD ou contrat de professionnalisation. “Il pourrait être étendu à d’autres secteurs d’activité ou métiers”, a expliqué Sylvaine Latchimy, responsable de département à la Direction de la formation professionnelle et de l’apprentissage de La Réunion.

A Mayotte, plateforme de parcours renforcé d’accès à la professionnalisation pour les travailleurs handicapés

Confrontée à la problématique culturelle consistant à cacher les personnes handicapées, Mayotte a lancé une plateforme de parcours renforcé d’accès à la professionnalisation. Et ce dans un contexte où l’offre de formation des travailleurs handicapés type Cap emploi n’existe pas. “L’objectif est d’augmenter la mobilisation de ce public pour commencer. Le parcours du bénéficiaire, doté du statut de stagiaire de la formation professionnelle, s’effectuera durant une durée minimale de 5 mois et maximale de 18 mois”, a précisé Asdjathy Said Ali, chargée de mission formation à la Dieccte (Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) de Mayotte. Avec en ligne de mire la constitution d’un vivier de compétences qualifiées destiné à répondre aux besoins des entreprises, dans le cadre de l’obligation d’emploi des salariés handicapés, qui passera à Mayotte de 2 à 6% de l’effectif des entreprises en 2022.

En Guadeloupe, la progression des compétences passe par l’innovation

Directeur formation de la collectivité de Guadeloupe, Aurélio Amorin se dit persuadé “de la capacité de son territoire de progresser sur le terrain des compétences, grâce à l’innovation. Pour ce faire, il faut notamment développer le numérique”, dit-il.

La formation contre la désertification en Guyane

Comment lutter contre la désertification ? Les territoires périphériques de Guyane semblent inexorablement se vider de leurs populations. En Amazonie, un projet de formation à la pâtisserie vise à infléchir cette fatalité. Objectif : former des salariés tout en les incitant à rester au plus près de leur lieu de résidence. “Conduite dans six communes, la philosophie de cette expérimentation est de faire de l’individu la clé de voûte du développement de son territoire”, a revendiqué Denis Cimia, directeur de la formation professionnelle et appui aux politiques public, au sein de l’OPRF (opérateur public régional de formation) de Guyane.

Cette formule pourrait servir d’étendard à l’ensemble des acteurs qui se sont exprimés pendant les rencontres formation-compétences des outremers.

 

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Ymag