Pactes régionaux d’investissement dans les compétences : innover pour les plus éloignés de l’emploi (UHFP 2020)

Les Pactes régionaux d’investissements dans les compétences (Pric) investissent 6,4 milliards d’euros sur quatre ans “au profit des plus vulnérables”, selon Carine Seiler, conseiller spéciale au Haut-Commissariat aux compétences et à l’inclusion par l’emploi. L’enjeu de l’innovation est majeur.

Par - Le 31 janvier 2020.

Les Pactes régionaux d’investissement dans les compétences (Pric) investissent 6,4 milliards d’euros sur quatre ans “au profit des plus vulnérables”, selon Carine Seiler, conseiller spéciale au Haut-Commissariat aux compétences et à l’inclusion par l’emploi. L’enjeu de l’innovation est majeur.

Les Pric facilitent-ils les innovations pédagogiques et financières au profit des publics le plus éloignés de l’emploi ? “Oui, a répondu Océane Charret-Godard, vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté en charge de la formation. Quand le Pric a été proposé, la Région n’a pas hésité. Nous avons compris qu’il permettrait de travailler sur des méthodologies nouvelles, en évitant de fonctionner en silo.”

Des pratiques réinterrogés

Selon elle, le pacte en Bourgogne-Franche-Comté a permis de “réinterroger les pratiques de la Région” en matière de sourcing des bénéficiaires, de prospective, de commande publique et d’achat de formation, dans une logique d’innovation territoriale et d’innovation pédagogique. “La présentation aux acteurs régionaux de la formation en mars 2018 à Dijon a été très bien accueillie. Mais les prestataires de formation nous ont tout de suite alerté sur deux sujets : leur propre besoin d’accompagnement et la rémunération des stagiaires afin de faciliter leur mobilité.”

Et de citer, en conséquence, une multiplicité d’initiatives régionales : un travail de découpage des formations en blocs de compétences avec le secteur du BTP, un investissement de 15 millions euros pour financer la mobilité des bénéficiaires (garde enfants…), la signature de conventions Région-Département pour fluidifier les entrées en formation, la création de modules de formation portant sur les savoir-être pour le secteur du tourisme, très structurant sur ce territoire, etc.

Forte demande

“Nous partons également des besoins des entreprises, explique Pascal Blain, directeur de Pôle emploi en région Auvergne-Rhône-Alpes. Nous avons ainsi défini treize domaines d’excellence des emplois de 2022. Une des nouveautés que révèle le pacte régional est la forte demande ˗ à 60 % ! ˗ des entreprises pour des formations portant sur les savoir être : être rigoureux, savoir travailler en équipe, créatif…”.

Et de citer également des travaux avec des neuroscientifiques sur les manières d’apprendre, une collaboration avec le secteur du sport “qui permet à la fois d’aller vers des gens qui ne vont pas vers les institutions, et de penser des pédagogiques par le sport”.

Catalyseur d’approches nouvelles

“Les Pric sont catalyseurs des nouvelles approches, s’est réjoui Carine Seiler, conseillère spéciale au Haut-Commissariat aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, qui gère le Plan d’investissement dans les compétences dont font partie les Pactes régionaux. Il faut continuer à moderniser les démarches pédagogiques pour les plus éloignés de l’emploi, Il faut encore décloisonner l’espace/temps de la formation.”

En accès libre, le dossier de ressources documentaires de l’UHFP 2020.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur Ymag