Aider les jeunes sans contrat d’apprentissage en cartographiant les besoins (Carif-Oref)

Le réseau des Carif-Oref publie chaque semaine depuis février une cartographie actualisée des effectifs sans contrat d’apprentissage recensés par l’Opco EP. Objectif : donner des outils aux acteurs en région pour accompagner ces jeunes à trouver une solution.

Par - Le 15 mars 2021.

24 694 jeunes engagés sur la voie de l’apprentissage au niveau national n’avaient pas encore signé de contrat avec une entreprise au 8 mars, le délai de trois mois pour effectuer cette signature ayant été allongé à six mois entre le 1er août et le 31 décembre. Pour tenir la promesse du plan de relance alternance  »1 jeune, 1 solution », le ministère du Travail a confié au réseau des Carif-Oref (RCO) la réalisation d’une cartographie de ces effectifs. Un outil interactif, accessible en ligne, permettant de filtrer les informations par région, département, niveau de formation, spécialité, CFA et âge. Les chiffres sont issus de l’Opco EP, qui gère les dossiers des apprentis sans contrat et rémunère les CFA pendant cette période. Le travail de datavisualisation a été effectué par le Carif-Oref Occitanie.

Dresser un état des lieux pour identifier des solutions

« Dresser cet état des lieux de la situation des jeunes toujours à la recherche d’un contrat permet aux Carif-Oref d’alimenter les réflexions locales, explique Ludovic Bertrand, le directeur du RCO. Ce n’est pas tant le chiffre qui est intéressant que de mettre en synergie les acteurs pour identifier des solutions. La solution numéro 1 est bien sûr de leur trouver une entreprise ; la deuxième, de repérer les places vacantes en formation initiale sous statut scolaire, et la troisième, de trouver des alternatives avec les offres de formation continue achetées par les Conseils régionaux. »

« Le but est d’éviter que les jeunes décrochent et se retrouvent sans solution, en errance », confirme Christiane Lagriffoul, responsable du service observatoire du Carif-Oref Occitanie. C’est pourquoi des groupes de travail se sont mis en place fin 2020 dans les régions, regroupant les acteurs impliqués (Etat, Conseils régionaux, Opco EP, Missions locales, Pôle emploi, Direccte, Education nationale et Carif-Oref). « Une large campagne de communication a été lancée en direction des entreprises via les organisations patronales, les chambres consulaires, le portail  »Apprentissage », les sites des Carif-Oref et du plan  »1 jeune, 1solution » », souligne Géraldine Rizzi-Roncoli, responsable du pôle information et communication du Carif-Oref Occitanie.

Les difficultés concentrées au niveau post-bac

Au niveau national, les difficultés les plus importantes sont rencontrées par les niveaux allant du BTS au master et le secteur le plus touché est celui du commerce-vente. En raison de sa forte attractivité, la région Ile-de-France regroupe à elle seule 14 536 apprentis sans contrat, soit 59% du total.

L’Occitanie, quant à elle, comptait 1223 jeunes sans contrat au 1er mars, soit 5% de l’ensemble. Christiane Lagriffoul confirme la tendance nationale au niveau régional : le post-bac y représente 58% des apprentis sans contrat alors que celui-ci ne regroupe pourtant que 41% des effectifs globaux. Et la filière commerce-vente totalise 26% des jeunes sans contrat pour 10% de l’effectif. Autre secteur où les jeunes sont en difficulté : la coiffure-esthétique qui représente 9% des sans contrat en Occitanie pour 5% de l’effectif total.

Mais le secteur informatique est également touché : ainsi, au niveau national, 781 jeunes en analyse-programmation et 485 en conduite de projet multimédia restent sans contrat. Peut-être parce que ces spécialités attirent et que les organismes de formation sont nombreux sur ce créneau, dans un contexte de libéralisation de l’apprentissage.


Cet article est-il utile ?

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur