Baromètre Cap’emploi 2020: une année marquée par la crise

Cheops, organisme qui représente les Cap’emploi, a présenté son bilan pour l’année 2020. L’activité a été impactée par le premier confinement, notamment l’axe de formation pour les demandeurs d’emploi.  

Par - Le 31 mai 2021.

Le nombre de formations qualifiantes de travailleurs handicapés (20 652) est en baisse de 15% par rapport à 2019, et celui des formations pré-qualifiantes (8 784) en recul de 28%. Même les PMSMP (périodes de mise en situation professionnelle), en hausse constante depuis 2014, ont baissé de 39%, « car on n’a pas pu les prescrire entre mars et mai 2020 », explique Marlène Cappelle, déléguée générale de Cheops.

En matière d’accès à l’emploi, 77 444 placements ont pu être réalisés par Cap emploi, soit une baisse de 9% par rapport à 2019, de 23% pour les CDI et de 21% pour les créations d’entreprise. « Les aides de l’Etat ont toutefois permis de limiter la baisse », note la déléguée générale. Les placements de Cap emploi en entreprises adaptées ont baissé de 6% : « Les partenariats au niveau des bassins d’emploi ont toutefois permis de répondre à leurs besoins en recrutement ».

Les opérations de maintien dans l’emploi, « qui dans 92% des cas aboutissent à une solution », précise la déléguée générale, ont elles aussi baissé de 11% : « Il y a eu moins de signalements, peut-être parce que beaucoup de salariés étaient en télétravail, poursuit-elle. Nous devons alerter les employeurs sur la nécessité d’aménager aussi les postes en télétravail ».

+34% d’entrées en apprentissage

Parmi tous ces indicateurs à la baisse, l’apprentissage est « l’exception remarquable de 2020 », note Marlène Cappelle. Les entrées en apprentissage ont en effet progressé de 34% par rapport à 2019, pour atteindre 2077 contrats : « Le résultat de beaucoup de communication, et des aides exceptionnelles de l’Agefiph ».

L’activité de conseil en évolution professionnelle a également progressé de 13% en 2020. Les Cap’emploi sont opérateurs du CEP, y compris pour les salariés depuis 2018. « La crise a entraîné beaucoup de questionnements des salariés sur leur avenir professionnel, notre rôle est d’anticiper les besoins de compensations liés à leur projet, et de prévenir la désinsertion professionnelle », explique la déléguée générale.

 Rapprochement avec pôle emploi

Le rapprochement entre Cap emploi et pôle emploi a été décidé par le gouvernement avec 4 ambitions : améliorer le recrutement des travailleurs handicapés, proposer sur un lieu unique une offre de services intégrée, et apporter une expertise et un diagnostic croisés. L’expérimentation engagée dans 19 sites pilotes en décembre 2019 a été étendue depuis le début de l’année à 257 sites, et le rapprochement sera généralisé mi-2022. « La présence de conseillers Cap emploi permet d’envisager tous les parcours possibles, de mobiliser l’emploi accompagné, les entreprises adaptées, et de faire monter en compétences tout le réseau », rapporte la déléguée générale. « Et les usagers nous ont part d’une plus grande réactivité dans les réponses », ajoute Jean-Pierre Bénazet, président de Cheops.

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur