Bilan pédagogique et financier : comment identifier la sous-traitance ?

Qu’ils interviennent en direct ou dans le cadre de partenariats, tous les prestataires de formation disposant d’un numéro d’activité doivent remplir chaque année un bilan pédagogique et financier (BPF). Une formalité à ne pas négliger d’autant que la notion de sous-traitance peut s’avérer délicate à identifier. Explications avec Aurélie Nedjar, consultante senior, experte en droit de la formation à Centre Inffo, qui animera un webinaire sur le sujet le 25 février prochain.

Par - Le 23 février 2021.

L’exercice est bien connu des organismes de formation, des prestataires de bilan de compétences et de validation des acquis de l’expérience (VAE). Une fois par an, il leur revient de transmettre leur bilan pédagogique et financier (BPF) aux services régionaux de contrôle de l’État. Cette formalité, dont l’échéance est fixée au 30 avril, s’étend progressivement aux CFA. Les premiers concernés ont été les CFA créés postérieurement à la loi du 5 septembre 2018. Mais tous les CFA ont-ils l’obligation d’établir un BPF en 2021 ?

La déclaration d’activité, un point de repère

« Les CFA historiques restent à titre transitoire exemptés de cette obligation jusqu’en 2022. Mais attention, c’est la déclaration d’activité qui génère l’obligation de remplir le BPF. Autrement dit, la période de transition ne concerne que les CFA n’ayant pas encore de numéro de déclaration d’activité. Les CFA ayant déjà procédé à cette déclaration auprès de la préfecture doivent dès cette année renseigner leur BPF », prévient Aurélie Nedjar, consultante senior, experte en droit de la formation à Centre Inffo.

Renseigner les activités réalisées par ou pour des tiers

Qu’ils interviennent en direct ou en partenariat, tous les prestataires déclarés doivent donc renseigner un BPF et rendre compte de leur activité en identifiant, dans le formulaire, les activités réalisées pour leur propre compte et celles dispensées dans le cadre de contrats de sous-traitance. Cette notion, parfois difficile à appréhender, mérite attention.

Comprendre la sous-traitance

Tout prestataire déclaré en préfecture devra être en mesure de renseigner les activités qu’il confie à un tiers ou qu’il assure pour le compte d’un autre. Ainsi, précise Aurélie Nedjar, « un CFA contractualisant avec un établissement d’enseignement pour dispenser une partie de ses formations devra être capable de mentionner l’activité réalisée par ce sous-traitant, même si, rappelons-le, ce dernier n’a pas l’obligation de disposer d’un numéro de déclaration d’activité et n’est donc pas soumis à l’obligation de renseigner le BPF ». « Concrètement, en tant que donneur d’ordre, ce CFA devra préciser combien d’enseignants et d’heures de formation dispensées interviennent dans la formation des apprentis », ajoute Aurélie Nedjar.

Tout l’enjeu pour les CFA et autres prestataires de formation intervenant dans le cadre de partenariats est d’identifier précisément les activités réalisées en tant que donneurs d’ordre et/ou de sous-traitants.

 

« Bilan pédagogique et financer : comment renseigner la sous-traitance ? », un webinaire gratuit organisé, le 25 février à 10h00, par Centre Inffo :

 


Pour aller plus loin

Le formulaire type du bilan pédagogique et financier

Le site Internet « Mon activité formation », point d’entrée unique pour renseigner son BPF

Le guide juridique « Remplir le bilan pédagogique et financier » réalisé par Centre Inffo

Remplir le bilan pédagogique et financier (BPF) : mode d’emploi – édition 2021

Cet article est-il utile ?

Centre Inffo vous conseille également

Publicité - Devenir annonceur